NOUVELLES
12/04/2017 10:36 EDT | Actualisé 12/04/2017 11:02 EDT

L'incendie qui a fait quatre morts au N.-B. mardi n'est pas suspect

SAINT-GEORGE, N.-B. — Le tragique incendie dans lequel ont péri une octogénaire et ses trois fils déficients intellectuels, mardi midi au Nouveau-Brunswick, n'est pas considéré comme suspect par la police.

L'agente Isabelle Beaulieu, de la Gendarmerie royale du Canada (GRC), a indiqué mercredi que des autopsies étaient pratiquées sur les quatre corps retrouvés dans la maison de Saint-George, une petite localité de 1500 habitants située dans le sud-ouest de la province, près de Saint-Andrews.

La police n'a pas voulu dévoiler l'identité des victimes, mais le député provincial de l'endroit, Rick Doucet, a confirmé qu'il s'agissait d'Esther Boyd et de ses fils Davey, Billy et Robbie.

Le conseiller municipal Sterling Harris a raconté que tout le monde à Saint-George connaissait en particulier Davey Boyd, nommé «pompier honoraire» de la municipalité. L'homme passait le plus clair de son temps à la caserne, vêtu de l'uniforme, où il prenait un grand soin des camions. Davey Boyd était d'ailleurs à la caserne mardi matin, peu avant l'incendie.

Le conseiller Harris, qui connaissait les Boyd depuis au moins 30 ans, a rappelé combien cette tragédie avait ébranlé la petite communauté. Selon lui, la mère, Esther, a consacré sa vie entière à ses garçons handicapés, qui étaient quinquagénaires. Mme Boyd s'occupait seule de ses fils depuis la mort de son mari.

L'enquête de la GRC n'a pas encore permis de déterminer la cause de l'incendie.