NOUVELLES
12/04/2017 06:51 EDT | Actualisé 12/04/2017 07:20 EDT

JO-2016 : l'ex-maire de Rio nie toute accusation de corruption

L'ancien maire de Rio de Janeiro, Eduardo Paes, considère "absurdes" et "mensongères" les accusations selon lesquelles il aurait reçu des pots-de-vins du géant du BTP Odebrecht pour "faciliter" l'obtention de marchés lors des jeux Olympiques de 2016.

M. Paes a envoyé en communiqué dans lequel il "nie catégoriquement avoir accepté des pots-de vins pour servir les intérêts d'Odebrecht".

Maire de Rio de 2009 à 2016, il figure dans la liste de dizaines de personnalités politiques de premier plan visées par des enquêtes autorisées mardi par le juge de la Cour suprême Edson Fachin, dans le cadre du méga-scandale de corruption Petrobras. Au moins huit ministres du gouvernement actuel sont aussi mis en cause.

L'ancien édile est accusé d'avoir reçu en 2012, au moment où il faisait campagne pour sa réélection, "au moins 15 millions de réais" (environ 7,5 millions de dollars au taux de change de l'époque), "du fait de son intérêt dans la facilitation de contrats relatifs aux jeux Olympiques", selon un document de la cour suprême cité par les médias brésiliens.

Ces accusations sont issues de la confession d'un ancien cadre d'Odebrecht, Benedito Barbosa da Silva, qui a noué un accord avec la justice dans l'espoir d'une remise de peine.

Dans sa confession, il explique que M. Paes figure sur des tableaux de comptabilité occulte de l'entreprise avec le surnom de "petit nerveux". Près d'un tiers de la somme aurait été versée sur un compte à l'étranger.

L'ancien maire affirme pourtant dans un communiqué qu'il n'a "jamais possédé de compte à l'étranger" et que "tous les fonds reçus pour financer la campagne de sa réélection ont été dument déclarés à la justice électorale".

En 2012, il a été réélu de façon écrasante au premier tour, avec 64,6% des voix, alors que sa première élection fut extrêmement serrée (50,83% au second tour).

Au coeur d'un réseau de corruption pour truquer systématiquement les marchés publics de la compagnie d'État Petrobras, Odebrecht a participé à la construction du Parc Olympique avec deux autres entreprises de BTP, pour un coût supérieur à 2 milliards de réais (600 millions d'euros au change actuel).

Après les JO, le parc s'est transformé en cimetière d'éléphants blancs, en raison d'un long processus de transition entouré d'un flou juridique et administratif.

lg/tup/ps

PETROBRAS - PETROLEO BRASILEIRO