NOUVELLES
12/04/2017 06:53 EDT | Actualisé 12/04/2017 08:45 EDT

Explosion de Dortmund: la piste islamiste est explorée; un suspect a été arrêté

DORTMUND, Allemagne — Une note laissée sur place indique que des islamistes pourraient être responsables de l'attaque contre l'autocar du club de soccer Borussia Dortmund et un suspect a été épinglé, ont annoncé mercredi des procureurs allemands.

Une porte-parole des procureurs fédéraux, Frauke Koehler, a dit que l'enquête cible plus spécifiquement deux islamistes présumés dont les résidences ont été perquisitionnées. Un des suspects, un homme, a été arrêté.

Mme Koehler a toutefois prévenu que plusieurs autres hypothèses pourraient expliquer cet attentat perpétré mardi soir avant un match de la Ligue des champions.

Les enquêteurs ont trouvé sur place trois copies de la note qui réclamait notamment le rappel des appareils allemands Tornade qui participent à la lutte contre Daech (le groupe armé État islamique) et la fermeture de la base aérienne américaine de Ramsteinn.

Les procureurs fédéraux se sont saisis de l'affaire puisqu'un «aspect terroriste» est possible, mais «le motif exact de l'attaque demeure encore nébuleux», a dit Mme Koehler.

L'autocar de l'équipe de Dortmund a été secoué par trois explosions au moment de quitter l'hôtel, en banlieue de la ville, pour la rencontre de quarts de finale face à Monaco. Une vitre de véhicule a été fracassée et le défenseur Marc Batra a subi des blessures au poignet et au bras qui l'empêcheront de jouer pendant plusieurs semaines.

Les bombes utilisées contenaient des éclats de métal, dont un qui s'est enfoncé dans un appui-tête de l'autocar.

Le match doit être repris mercredi et des mesures de sécurité exceptionnelles ont été déployées.

Le ministre de l'Intérieur de la région de la Rhénanie-du-Nord-Westphalie, Ralf Jaeger, a évoqué la possibilité que les notes puissent avoir été laissées sur place pour lancer la police sur une fausse piste et il a assuré que toutes les hypothèses seront examinées.

Un porte-parole du ministère fédéral de l'Intérieur a souligné que des notes revendiquant des attentats n'ont pas été trouvées sur les lieux d'attentats islamistes précédents.