NOUVELLES
12/04/2017 08:32 EDT | Actualisé 12/04/2017 08:45 EDT

Boko Haram utilise de plus en plus d'enfants comme kamikazes, selon l'Unicef

DAKAR, Sénégal — Boko Haram contraint de plus en plus d'enfants à se transformer en kamikazes, a dénoncé mercredi l'agence onusienne des enfants.

Un rapport de l'Unicef révèle que le nombre d'attaques perpétrées depuis janvier équivaut presque au total de l'an dernier.

L'Unicef a recensé 117 attaques perpétrées par des jeunes dans la région du bassin du lac Tchad depuis 2014; 80 pour cent des bombes avaient été placées sur des jeunes filles, qui avaient parfois été droguées avant leur mission.

La simple présence d'enfants près des marchés publics ou des postes de contrôle suscite maintenant la peur, a dit Marie-Pierre Poirier, la directrice générale de l'Unicef pour l'ouest et le centre de l'Afrique. Conséquemment, près de 1500 enfants ont été détenus l'an dernier au Nigéria, au Cameroun, au Niger et au Tchad.

Mme Poirier a rappelé que ces enfants sont des victimes et non des responsables de crimes. Des enfants ont été contraints de perpétrer 27 attaques depuis le début de l'année, contre un total de 30 l'an dernier.

L'Unicef a expliqué que les djihadistes kidnappent des jeunes filles chez elles et les emmènent vers leurs camps, souvent après avoir tué leurs parents sous leurs yeux. Elles sont ensuite contraintes de se marier ou transformées en esclaves sexuelles.

L'agence onusienne a rappelé qu'elle n'a obtenu que 40 pour cent des 145 millions $ US dont elle dit avoir besoin pour réintégrer les enfants libérés des griffes de Boko Haram.

Par ailleurs, les autorités nigérianes affirment avoir déjoué les intentions de Boko Haram d'attaquer les ambassades du Royaume-Uni et des États-Unis, ainsi que d'autres cibles occidentales, dans la capitale, Abuja.