NOUVELLES
12/04/2017 05:35 EDT | Actualisé 12/04/2017 06:00 EDT

Attaque à Dortmund: un suspect de la mouvance islamiste interpellé

Les autorités allemandes ont interpellé un homme appartenant à la mouvance islamiste après l'attaque à l'explosif contre le bus des joueurs de football de Dortmund, un acte jugé désormais très probablement "terroriste".

La police a en parallèle considérablement renforcé ses mesures de sécurité en vue des deux rencontres de Ligue des Champions prévues en soirée dans le pays après les explosions qui ont choqué le monde du football.

Tel est le cas d'abord à Dortmund, pour le match contre Monaco reporté de mardi à mercredi 18h45 (16H45 GMT), puis à Munich, où le Bayern reçoit à 20h45 le Real Madrid, dans l'affiche la plus prestigieuse de ces quarts de finale de la ligue des Champions.

L'enquête en cours, a annoncé le parquet anti-terroriste à Karlsruhe, s'est concentrée "sur deux suspects appartenant à la mouvance islamiste".

- Motivation "terroriste" -

L'un d'eux "a été interpellé" et "les appartements des deux suspects ont été perquisitionnés", a précisé le parquet, en évoquant une motivation islamiste "possible".

"Compte tenu des modalités opératoires on peut partir du principe qu'il s'agit d'une attaque à caractère terroriste", a déclaré à la presse une représentante du parquet anti-terroriste, Frauke Köhler.

Si cette piste jihadiste devait se confirmer, elle serait de nature à renforcer l'inquiétude en Allemagne après plusieurs attentats islamistes depuis un an.

La vigilance des forces de sécurité nationales est renforcée depuis plusieurs mois, notamment depuis l'attentat au camion bélier à Berlin qui a fait 12 morts en décembre, dans un contexte de menace jihadiste permanente en Europe notamment.

Plus prudent, le ministre de l'Intérieur régional de Rhénanie-du-Nord-Westphalie (ouest), la région où se sont produites les explosions, Ralf Jäger, a lui assuré que la police continuait d'enquêter "dans toutes les directions".

Une lettre de revendication retrouvée en trois exemplaires sur les lieux appelle l'Allemagne à cesser de participer avec ses chasseurs Tornados basés en Turquie à la lutte de la coalition internationale contre le groupe Etat islamique.

Pour le ministre régional, la lettre pourrait "être vraie ou être une tentative de créer une fausse piste".

La gravité de l'attaque à l'explosif est elle établie. Le parquet fédéral anti-terroriste a indiqué que les trois engins qui ont détonné mardi soir au passage du bus de l'équipe de Dortmund, blessant un joueur et un policier, avaient une "force explosive" de 100 mètres.

Les explosifs contenaient des "tiges métalliques", dont l'une a terminé sa course dans le repose-tête d'un siège à l'intérieur du bus, a souligné le parquet, en suggérant que le bilan aurait pu être plus lourd.

La justice a exprimé en revanche de sérieux doutes concernant l'authenticité d'une deuxième revendication parue un temps sur internet et paraissant provenir des milieux d'extrême-gauche.

Dans une première réaction, la chancelière allemande Angela Merkel s'est dit "horrifiée" par une "attaque répugnante".

En signe de solidarité, son ministre de l'Intérieur Thomas de Maizière devait se rendre à Dortmund mercredi soir pour assister au match contre Monaco.

Le défenseur espagnol de Dortmund qui a été blessé, Marc Bartra, a eu un poignet fracturé et a été atteint par des éclats de verre dans le bras. Il a été opéré avec succès dans la nuit.

- Le Real sous protection -

Fortement ébranlée, l'équipe du Borussia Dortmund a reçu des soutiens innombrables du monde du football, et s'est un peu entraînée mercredi matin.

Mercredi, la présence policière devait être encore renforcée en ville et aux abords du stade, bien que le niveau de vigilance soit déjà très élevé depuis les attentats de 2016 dans le pays.

A Munich, où les forces de l'ordre sont également sur les dents, une trentaine de policiers en gilets pare-balles ont été positionnés autour de l'hôtel des joueurs madrilènes, selon le quotidien Bild. Les bus des deux équipes ont été garés en lieu sûr.

L'UEFA, instance de tutelle de la Ligue des champions, a dit "réévaluer les mesures de sécurité" pour les matches de mercredi, afin de les renforcer "partout où c'est nécessaire".

La rencontre Bayern-Real, si elle se déroule sans encombre, constitue une finale avant la lettre de cette C1, entre deux des clubs les plus titrés d'Europe.

bur-cpb/ylf/cls

TWITTER

BORUSSIA DORTMUND