Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Un député conservateur récite un conte de fées pour protester contre la réforme parlementaire (VIDÉO)

OTTAWA – Les conservateurs ont une fois de plus moqué la modernisation du Parlement promise par les libéraux. Cette fois-ci, le député Luc Berthold a récité ses doléances sous forme d’une histoire pour enfants, lors de la période de questions.

« Il était une fois un chef libéral qui, pour se faire élire, fit de bien belles promesses d'ouverture et de transparence. Le conte de fées fut de courte durée, car sous la surface, la vraie nature des libéraux créa d'énormes déficits budgétaires impossibles à contrôler », a plaidé l’élu de Mégantic-L’Érable.

« Fini, les discussions! Le chef, devenu premier ministre, veut maintenant tout contrôler, sans l'appui unanime des députés. Avant que minuit sonne, la leader mettra-t-elle fin à cette histoire qu'elle a elle-même créée pour protéger notre démocratie et notre Parlement? »

Loin de vouloir poursuivre sur cette comparaison digne d’une histoire de Cendrillon, la leader parlementaire du gouvernement, Bardish Chagger, a récité ses lignes de presse afin de réaffirmer l’importance d’avoir une « conversation » à ce sujet.

« Durant la campagne électorale, nous avons pris l'engagement de moderniser le Parlement et d'en faire un lieu de travail adapté du 21e siècle, a-t-elle dit. J'encourage tous les députés à participer à la conversation et à partager leurs idées. »

Les membres de l’opposition du Comité de la procédure et des affaires de la Chambre font obstruction aux travaux depuis trois semaines afin de protester contre les changements proposés par les libéraux.

Pour l’occasion, ils ont soufflé les chandelles de ce gâteau, mardi:

Le gouvernement Trudeau a rendu public son papier de discussion, dans lequel il propose de supprimer les séances du vendredi, de tenir une période de questions du premier ministre une fois par semaine et de limiter les débats, entre autres.

Mais les partis d’opposition accusent les libéraux de vouloir imposer ces changements au fonctionnement de la Chambre sans leur consentement.

INOLTRE SU HUFFPOST

Les promesses brisées de Justin Trudeau

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.