Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

La Russie, l'Iran et le Hezbollah s'unissent pour défendre le régime syrien

L'alliance militaire constituée par la Russie, l'Iran et le Hezbollah libanais a promis dimanche d'apporter un soutien accru à l'armée du président syrien Bachar Al-Assad après les tirs de missiles américains contre une base aérienne syrienne.

Dans un communiqué, le centre de commandement conjoint des alliés de Damas accuse Washington d'avoir franchi une « ligne rouge » en bombardant la Syrie.

L'alliance, dit le communiqué relayé par l'organe médiatique Ilam Al Harbi, s'engage à « répondre à partir de maintenant avec force à tout agresseur ou tout franchissement de ligne rouge par qui que ce soit ».

« L'Amérique connaît notre capacité à répondre comme il se doit », ajoute-t-elle en qualifiant « d'illégale » la présence de soldats américains dans le nord de la Syrie, qu'elle qualifie de « forces d'occupation ».

Le président russe Vladimir Poutine et son homologue iranien Hassan Rohani se sont entretenus dimanche au téléphone à ce sujet et ont convenu que les « actes agressifs » des États-Unis contre la Syrie étaient « inacceptables », rapporte pour sa part le Kremlin.

Moscou et Téhéran réclament une enquête « impartiale » sur l'usage présumé d'armes chimiques contre des civils dans la province d'Idlib, invoqué par Washington pour justifier ses bombardements, poursuit la présidence russe.

Les deux pays sont prêts à renforcer leur coopération pour lutter contre le terrorisme et assurer la stabilité du Proche-Orient, ajoute le Kremlin.

À Washington, le chef de la diplomatie américaine Rex Tillerson a pour sa part répété dimanche pendant l'émission This Week de la chaîne ABC que les États-Unis avaient décidé de frapper l'armée syrienne en raison de l'inaction russe et de « l'échec de Moscou à respecter ses engagements auprès de la communauté internationale » en matière de contrôle des armes chimiques.

INOLTRE SU HUFFPOST

Attaque chimique en Syrie

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.