Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Programme Force 4 : les professeurs d'éducation physique se sentent « moins importants »

La décision du gouvernement du Québec de confier la mission de faire bouger les jeunes à Pierre Lavoie ne fait pas l'unanimité auprès des professeurs d'éducation physique.

Avec le programme Force 4, le ministre de l’Éducation, Sébastien Proulx, souhaite que la proportion de la population qui s’adonne à des activités physiques durant ses temps libres augmente d’au moins 10 % d’ici 2027, et de 20 % chez les jeunes de 6 à 17 ans.

Pour atteindre cet objectif, un partenariat avec le Grand défi Pierre Lavoie a été conclu afin d’introduire les cubes énergies dans certaines écoles.

Miguel Fréchette, qui est professeur d’éducation physique depuis trois ans à la Commission scolaire de Montréal, constate que la forme physique des jeunes se dégrade. Les professeurs comme lui martèlent le même message, soit celui d’adopter de saines habitudes de vie, mais ils ont parfois l’impression de travailler dans le vide. Miguel Fréchette voit donc d’un bon œil cette nouvelle association et il estime qu’il n’y aura jamais assez d’initiatives pour faire bouger les jeunes.

« Je le vois plus comme un partenariat pour inciter des jeunes à bouger davantage. Ce n’est pas un abaissement. Même que pour nous, ça devient une ressource additionnelle dont on peut se servir », a-t-il affirmé.

Mauvaise méthode?

Yves Potvin, professeur d’éducation physique à la Commission scolaire de Laval et porte-parole de la Bande sportive, ne s’oppose pas au principe, mais il évoque tout de même certaines réticences face à ce nouveau projet.

« Ce qui manque dans tous les beaux programmes qu’on nous a annoncés cette semaine, c’est le mot formation. Là où nous pourrions aller chercher tous les jeunes du Québec sans exception, c’est à l’école, pendant les heures de classe, et non pas dans le cadre d’activités parascolaires », a-t-il mentionné.

« Pour l’école, l’essentiel est de former les jeunes, de former des futurs adultes. De plus en plus, on nous demande d’être celui ou celle qui va les faire bouger alors on devient des partenaires, comme toutes les autres associations qui présentent devant nous. Mais notre travail ne se limite pas à faire bouger. À l’heure actuelle, on se sent moins importants que toutes ces initiatives », a renchéri Yves Potvin.

En plus du programme Force 4, Pierre Lavoie a reçu comme mandat de penser à l’école du futur en compagnie de l’architecte Pierre Thibault et du chef Ricardo Larrivée. Un budget de 1,5 million de dollars par année, sur cinq ans, a été octroyé au projet de Lab-École

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.