Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

La quête du peuple Catalan vu par un Ottavien

Si la Catalogne est plongée depuis quelques années dans un débat constitutionnel et identitaire, un cinéaste originaire d'Ottawa s'est rendu à quelques reprises en Espagne pour documenter ce soulèvement citoyen.

Le Peuple interdit, fruit de ces visites à Barcelone, est un documentaire qui a beaucoup voyagé un peu partout dans le monde.

Le cinéaste, Alexandre Chartrand, était d'ailleurs de passage à Gatineau, mercredi, pour présenter son film à l’Université du Québec en Outaouais.

Dans ce documentaire, Alexandre Chartrand s’intéresse au mouvement indépendantiste catalan en Espagne qui milite depuis 300 ans pour un pays.

« Je me suis intéressé surtout à l’implication citoyenne, ça fait plusieurs années que je m’intéresse à ce qui se passe là-bas », a raconté le cinéaste à l'émission Sur le Vif.

Je voyais l’espèce de fougue et de folie qu’il y avait dans ce mouvement-là et j’ai eu envie que les gens de l’extérieur de la Catalogne puissent en être témoin.

Pour réaliser son film, Alexandre Chartrand a eu recours au socio financement, en plus de surmonter plusieurs obstacles. Le référendum dont il souhaitait suivre le processus a été annulé en septembre 2014 et le personnage principal, un québécois qui devait expliquer les événements, s’est désisté.

« Je me suis retrouvé le bec à l’eau quand je suis débarqué pour filmer le référendum », a soutenu le cinéaste. « Les événements ont changé rapidement et avec de la persévérance, j’ai réussi à créer ce film ! »

Le jeune réalisateur s’envolera à la fin du mois en Europe pour présenter son film à Bruxelles, Paris et Genève en compagnie d’Artur Mas, l'ancien Président de la Catalogne.

Le film a d’abord été présenté au Festival du Nouveau Cinéma à Montréal en octobre 2016 et a voyagé dans plusieurs festivals depuis.

Le documentaire n'a toutefois pas été présenté au plus récent Festival du film de l'Outaouais, au plus grand désarroi de M.Chartrand.

« Ils ne l'ont pas retenu, ils n'ont pas retourné mes appels n'ont plus », se désole le réalisateur. « Mais je me suis organisé pour que le film soit présenté en Outaouais ! »

Avec la collaboration d'Alexandra Anger

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.