Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Crise du bois d'œuvre imminente : les négociations doivent s'intensifier, selon Sylvain Roy

Les négociations dans le dossier du bois d'œuvre doivent s'intensifier afin d'éviter une véritable crise, selon le porte-parole du Parti québécois en matière de forêts, de faunes et de parcs, Sylvain Roy.

Un texte de Léa Beauchesne

Le député de Bonaventure a dénoncé l'inaction du gouvernement fédéral dans les négociations avec les États-Unis. Il croit aussi que le gouvernement provincial pourrait interpeller plus fermement le fédéral.

J’ai pas senti une dénonciation, j’ai pas senti que le ton a haussé. Qu’ils interpellent le caucus libéral fédéral! Ils sont où ces gens-là? Qu’est-ce qu’ils font? Je vous dis : la prochaine crise peut être extrêmement grave pour les régions du Québec. Chez nous, on vit de ça!

Sylvain Roy demande aussi au gouvernement du Québec d'intervenir financièrement si le fédéral ne vient pas en aide à l'industrie du bois-d'oeuvre.

Cette sortie du député est un écho à celle qu'a fait le ministre des Forêts, de la Faune et des Parcs, Luc Blanchette, jeudi matin, alors qu'il était accompagné de représentants des entreprises forestières, des syndicats et des municipalités.

Il affirme que le gouvernement fédéral a fait la sourde oreille à toutes leurs représentations.

Il met des mesures de l’avant, mais jamais dans celles qu’on revendique. Les plus essentielles : les garanties de prêts ou un système de prêts. Pourquoi c’est essentiel? C’est que si on fait ça, ça va stabiliser et ça va permettre le développement du reste.

Le ministre affirme que sans cette garantie, l’ensemble des entreprises forestières du Québec courent d'importants risques.

Le département américain du Commerce pourrait imposer des droits compensatoires et « antidumping » dans moins de trois semaines aux producteurs canadiens de bois-d'œuvre, ce qui menacerait cette industrie qui compte 60 000 emplois au Québec.

Selon le ministre Blanchette, il est clair que des droits compensatoires seront imposés dans les prochaines semaines, ce qui fera perdre plusieurs centaines de millions de dollars aux producteurs québécois du bois-d'oeuvre.

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.