NOUVELLES
05/04/2017 09:28 EDT | Actualisé 05/04/2017 09:29 EDT

JO 2024: Los Angeles achète-t-elle des faux fans sur Facebook?

MARK RALSTON via Getty Images
Casey Wasserman who is the chairman of the LA 2024 Candidature Committee talks to the press about the bid for the 2024 Olympic Games, at their headquarters in Los Angeles, California on March 31, 2017. / AFP PHOTO / Mark RALSTON (Photo credit should read MARK RALSTON/AFP/Getty Images)

Soupçonnés d'avoir acheté de faux fans sur Facebook dans des pays comme le Pakistan, les responsables de la candidature de Los Angeles aux JO-2024 ont répliqué mercredi en assurant n'être "pas surpris" que la polémique "vienne de Paris", ville également candidate.

LIRE AUSSI:

» JO 2024: Budapest retire sa candidature

» JO2024 de Paris: «Made for sharing» ou le déshonneur de la langue française

Selon une enquête de la radio française RTL lundi, Los Angeles 2024 pourrait avoir acheté des fans sur Facebook de façon artificielle dans plusieurs pays. Une pratique courante sur ce réseau social, qui expliquerait la forte augmentation du nombre des supporteurs de Los Angeles en quelques semaines (plus d'un million contre environ 200.000 début janvier).

Plusieurs pays du sous-continent indien comme le Pakistan ou le Bangladesh sont connus pour abriter des entreprises qui vendent de faux "likes" sur Facebook ou Twitter contre rémunération.

La forte progression du nombre de ses fans coïncide avec "le lancement de la campagne internationale sur Facebook permis par le CIO depuis le 3 février", s'est défendu mercredi le comité de candidature californien dans un communiqué transmis à l'AFP à Aarhus au Danemark.

Les responsables de LA-2024 et Paris-2024 y participent à la convention Sport Accord et défendent leur dossier devant les fédérations sportives internationales.

"Toute la campagne de publicité sur Facebook a été achetée directement à travers Facebook", ajoute Los Angeles qui juge que "la publicité sur Facebook est plus efficace dans les pays où il y a moins de concurrence de la part d'autres marques".

"Les membres du CIO qui voteront (pour l'attribution des JO-2024) se trouvent en dehors des Etats-Unis, notamment au Pakistan", souligne encore le comité de candidature qui ajoute avoir fait "très peu de promotion sur Facebook aux Etats-Unis depuis le début de la campagne à l'international le 3 février".

"Il n'est pas surprenant que cette histoire vienne à l'origine de Paris", alors que ce sont des médias français qui se sont fait les premiers les échos des soupçons pesant sur Los Angeles, a poursuivi LA-2024.

"Il faut que cette compétition soit fair play, soit vraiment dans le respect des différentes candidatures, je ne participe pas à cela", a réagi la maire de Paris, Anne Hidalgo, présente à Aarhus et interrogée par l'AFP.

"C'est comme dans le sport ou même dans la politique, il vaut mieux se concentrer sur son couloir plutôt que sur celui de ses adversaires, les respecter et être les meilleurs", a-t-elle ajouté.

A moins de six mois de la désignation de la ville hôte des JO-2024 le 13 septembre à Lima, la campagne se tend entre les deux villes candidates.

Mardi, Paris avait provoqué une réaction agacée de Los Angeles en s'offrant la Une d'une édition limitée du New York Times vantant sa candidature et distribuée uniquement sur place à Aarhus. Les Américains avaient réagi en laissant entendre que l'opération pouvait être contraire au protocole olympique, avant de se raviser.

Voir aussi:

Galerie photo Les Jeux olympiques de 1976 à Montréal Voyez les images