Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Facebook prend enfin des mesures pour contrer la vengeance pornographique

teenager girl suffering cyberbullying scared and depressed exposed to cyber bullying and internet harassment feeling sad and vulnerable in internet stalker danger and abuse problem
teenager girl suffering cyberbullying scared and depressed exposed to cyber bullying and internet harassment feeling sad and vulnerable in internet stalker danger and abuse problem

Le réseau Facebook a annoncé mercredi qu'il sévirait contre la vengeance pornographique et qu'il avait ajouté des outils pour aider les usagers à dénoncer ces pratiques plus facilement.

L'entreprise a déclaré qu'elle pouvait maintenant prévenir la propagation d'images intimes sur Facebook, Messenger et Instagram. Les internautes pourront cliquer sur l'option «photo nue de moi» dans l'outil «Signaler cette photo».

Grâce à un système de reconnaissance d'images, toute tentative de republication ou de partage de la photo signalée sera déjouée. «Si quelqu'un essaie de partager l'image après qu'elle a été signalée et supprimée, nous l'avertirons qu'ils violent nos règlements et que nous les avons empêchés de partager la photo», explique l'entreprise dans un communiqué.

Les usagers qui tentent de publier ou de partager de la vengeance pornographique pourraient voir leurs comptes suspendus ou supprimés.

En 2015, le gouvernement canadien a adopté la loi C-13, qui rend illégale la cyberintimidation, incluant la vengeance pornographique. En vertu de cette loi, la police n'a besoin que d'un «motif raisonnable de soupçonner» pour obtenir un mandat qui l'autorise à recueillir de l'information sur un internaute.

Ce texte initialement publié sur le Huffington Post Canada a été traduit de l’anglais.

Voir aussi:

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.