NOUVELLES
04/04/2017 08:31 EDT | Actualisé 04/04/2017 08:34 EDT

Suicide d'Amanda Todd: le suspect néerlandais sera extradé

La justice néerlandaise a confirmé mardi l'extradition vers le Canada d'un homme soupçonné d'être lié au suicide d'Amanda Todd, une adolescente de Colombie-Britannique qui s'était donné la mort après avoir été harcelée sur internet.

"La Cour de cassation rejette le pourvoi" interjeté par le suspect contre le jugement rendu en juin autorisant son extradition, a-t-elle annoncé dans son arrêt.

Aydin C., dont seul le prénom est révélé pour respecter la législation néerlandaise, a été condamné en mars à "10 ans et 243 jours de détention pour escroquerie et chantage via internet", avait indiqué le tribunal d'Amsterdam.

Interpellé en 2014 au sud des Pays-Bas, ce trentenaire a forcé des dizaines de jeunes filles à réaliser des actes sexuels devant leur webcam. Si elles refusaient de recommencer, il les menaçait d'envoyer ces images à leurs proches ou de les publier sur des sites pornographiques.

Ces adolescentes se trouvaient aux Pays-Bas, au Royaume-Uni, en Australie, en Norvège, aux Etats-Unis et au Canada.

L'extradition d'Aydin C., dont la date devrait ensuite être décidée par le ministère néerlandais de la Justice, devrait avoir lieu après le potentiel procès en appel dans cette première affaire.

Le Canada l'accuse de délits de moeurs à l'encontre d'Amanda Todd, une Canadienne de quinze ans, via internet.

L'homme est soupçonné d'être le prédateur qui l'avait persuadée de lui montrer ses seins via webcam, puis avait mis en ligne sa photo sur internet après qu'elle avait refusé de lui "faire un show".

En octobre 2012, Amanda avait mis fin à ses jours après avoir publié son histoire sur YouTube. Dans cette vidéo vue plusieurs millions de fois, elle faisait défiler des phrases écrites au feutre sur des bouts de papier.

Son suicide avait provoqué un immense émoi dans son pays et lancé un débat sur les dangers de la cyber-intimidation.

LIRE AUSSI:

» Affaire Amanda Todd: un homme condamné pour cyberintimidation

» Ottawa étudiera les effets de la pornographie violente sur la santé