DIVERTISSEMENT
04/04/2017 12:56 EDT

Guillaume Lambert: l'homme à tout faire de l'humour (ENTREVUE)

Justine Latour

C'est au Café Touski, autour d'une bonne théière de thé en feuilles au jasmin, que je suis allée discuter avec le comédien, scénariste, auteur et réalisateur Guillaume Lambert. Celui qui fait fureur dans le succès Like-moi! à Télé-Québec, avec sa websérie L'âge adulte disponible sur Tou.tv et qui travaille sur son premier long métrage, Les scènes fortuites, n'en revient pas encore de sa popularité grandissante. Entrevue.

C'est que mine de rien, Lambert évolue dans l'univers artistique depuis plus d'une dizaine d'années : «Je suis sorti de l'UQAM en 2006! Je sens qu'il y a une effervescence en ce moment. Ça va très bien!» Avant de devenir un visage connu du paysage québécois, l'artiste est notamment apparu dans La théorie du K.O., Ces gars-là, Les Beaux malaises et Série Noire II, a écrit quelques sketches pour Les Parent et a signé les scénarios de la websérie Tout le monde frenche et du court métrage Toutes des connes – qui a d'ailleurs été en compétition à Sundance – avant de se pencher sur son premier roman en 2015, Satyriasis (Mes années romantiques).Vous avez dit versatile?

L'âge adulte ou la websérie à ne pas manquer

Un parcours parfait pour se rendre à L'âge adulte, sa websérie réalisée par François Jaros qui rencontre un beau succès sur Tou.tv. L'histoire? Quand Alex (Mickaël Gouin) se fait plaquer par son ami Max en plein entraînement de football, la terre semble manquer un tour. Après un court coma, le jeune homme fiancé à son amoureuse de longue date réalise qu'il est maintenant homosexuel. Son frère jumeau non identique, Tom (joué par Guillaume Lambert lui-même), se détournera lui des hommes pour aller vers une amie. Comme une onde de choc qui ne fait pas trop de bruit au début, le coma d'Alex sera le précurseur d'une foule de changements... souvent hilarants.

Avec un timing qui ferait pâlir d'envie les meilleurs humoristes du Québec, Lambert aborde cette quête d'identité sexuelle de front. «C'est une réflexion sur la dualité. C'est pour cette raison que j'ai décidé de parler de deux frères jumeaux qui se croisent à un moment de leur vie, sans nécessairement être très proches. De là est venue l'idée d'avoir le point de vue de tous les personnages, pour créer une intrigue basée sur des événements qu'on ne voit pas. Je voulais réfléchir à l'identité sexuelle sans en faire un documentaire. Mais oui, j'ai fait mes recherches, j'ai parlé à des psychologues et à des sexologues... Histoire de ne pas me mettre un pied dans la bouche!»

Vraiment, on est loin des personnages torturés qu'on peut parfois voir dans les oeuvres portant sur l'identité sexuelle. «Je n'avais jamais vu ce sujet dans une comédie. C'est toujours abordé de manière BEN dramatique.» Une critique du traitement qu'on voit habituellement? «Non, absolument pas. Je ne crois pas que je suis porteur de message, mais j'aime faire réfléchir les gens. Je les laisse en tirer ce qu'ils veulent bien. En parlant d'intimité, on peut atteindre l'universel!» Déjà, on parle d'une deuxième saison pour L'âge adulte... À suivre!

La folie Like-moi!

Guillaume Lambert est le premier à l'avouer : il n'avait aucune idée que la comédie Like-moi! de Marc Brunet (Le coeur a ses raisons, Les Bobos, La fin du monde est à 7 heures) allait devenir aussi virale ni qu'il allait y tenir un rôle aussi grand. Le sketch «La photo du bébé», par exemple, a été piraté en France... Pour être finalement vu plus de 8 millions de fois! Une situation inquiétante d'ailleurs, quand on pense aux revenus perdus au Québec. Comme un coup de fouet dont Télé-Québec avait bien besoin auprès d'un public plus jeune, l'émission mettant également en vedette Katherine Levac, Adib Alkhalidey, Marie-Soleil Dion, Florence Longpré, Karine Gonthier-Hyndman et Philippe-Audrey Larrue St-Jacques a rencontré un succès immédiat. Déjà, la troisième saison a été confirmée.

«Je vis des années extraordinaires! J'ai forgé mon humour et ma personnalité humoristique en regardant La fin du monde est à 7 heures. Jamais je n'aurais cru avoir accès à Marc Brunet dans ma carrière! En audition, le projet était assez secret. Je savais que je serais un comédien maison, mais je pensais que j'allais être le serveur dans le coin qui revient de temps en temps. C'est en recevant les textes que j'ai commencé à réaliser que ça allait être plus important que ça... Mais quand je me suis vu sur l'affiche! (Rires) Dans un sens, je pensais que c'était le show de Katherine et Adib! J'espérais que Brunet me remarque pour enfin travailler avec lui plus tard.» Étape déjà franchie!

À 33 ans, Guillaume Lambert regarde les acquis avec satisfaction, et avoue qu'il est loin de ne plus avoir de projets en tête. Au contraire. En plein montage pour Les scènes fortuites, son premier film en tant que réalisateur et dans lequel il tient d'ailleurs le rôle principal – Damien, un cinéaste de 33 ans déchu -, l'artiste est enthousiaste face à l'avenir : «Ça peut s'arrêter demain. Mais en même temps, je sais que je suis dans le bon milieu. Je ne suis pas que comédien : plein de projets m'allument! Je suis dans une période où j'ai besoin d'humour absurde dans ma vie. Je vais donc dans cette direction.» Et à le voir aller, on ne doute pas qu'on risque de le voir devant – et derrière – nos écrans pour un bon moment!

LIRE AUSSI :

» «Objectivement parlant» de Louis T: à écouter attentivement

» Katherine Levac réalise enfin son plus grand rêve

» «Je4n-Michel»: Jean-Michel Anctil, comme un jeune premier

À voir également :

Galerie photo Incursion dans le monde des stars québécoises Voyez les images