POLITIQUE
03/04/2017 07:40 EDT | Actualisé 04/04/2017 05:26 EDT

Affaire Shane Doan: Coderre admet qu'il aurait pu déclarer un montant reçu pour payer des frais d'avocats (VIDÉO)

Le maire de Montréal admet qu'il a peut-être fait une erreur en ne déclarant pas un chèque de 25 000 $ reçu de son ami Jean Rizzuto, un organisateur libéral et homme d'affaires bien connu de Laval, en 2012, pour l'aider à payer ses frais d'avocats dans le litige pour diffamation qui l'opposait au hockeyeur Shane Doan.

En entrevue à l’émission Gravel le matin, Denis Coderre a confirmé les faits rapportés par Le Journal de Montréal au sujet de ce chèque encaissé dans un compte qu’il partage avec sa conjointe, le 2 mars 2012, alors qu’il était toujours député fédéral de Bourassa. Quelques semaines plus tard, le 19 mars 2012, M. Coderre envoyait un chèque personnel portant la mention « Dossier Shane Doan » à sa firme d’avocats, le cabinet Fasken Martineau.

Le don de Jean Rizzuto, qui n’a aucun lien de parenté avec la famille mafieuse du même nom, ferait maintenant l’objet de vérifications de la part de l’Unité permanente anticorruption et de la Gendarmerie royale du Canada, toujours selon Le Journal de Montréal.

Il n’y a pour le moment aucune infraction de nature criminelle ou autre qui soit alléguée ou envisagée.

« Peut-être qu’on aurait pu l’envoyer directement, mais j’ai reçu ce montant-là pour une cause privée », a expliqué Denis Coderre.

«Peut-être que j’aurais dû le déclarer, mais, dans ma tête, c’était directement pour payer mes avocats.»

— Denis Coderre

Pas un cadeau, mais un coup de main

Député de la deuxième opposition à Ottawa à l’époque, sans fonction de lieutenant québécois au sein du Parti libéral, M. Coderre dit qu’il ne considérait pas ce montant comme un cadeau, mais comme de l’aide financière d’un ami.

« Si quelqu’un est pour une cause et veut t’aider… C’est un ami, je ne prends pas l’argent de n’importe qui », a souligné celui qui est devenu maire de Montréal en novembre 2013. « Pour moi, c’était simplement une opération comptable. »

« Qu’est-ce qu’on lui reproche? a demandé M. Coderre en point de presse, en après-midi. D’avoir dit que moi aussi, je crois au fait français et je donne un montant d’argent pour des frais d'avocats? ».

«Ça n’a pas coûté une cenne aux contribuables, parce que c’était tout à fait d’intérêt privé.»

— Denis Coderre

Denis Coderre estime qu’il n’y a pas d’apparence de conflit d’intérêts, même lorsqu’on lui fait remarquer que son chef de cabinet, Denis Dolbec, a déjà travaillé pour une firme dont Jean Rizzuto est le propriétaire, ou encore qu’une entreprise de M. Rizzuto a un contrat avec la Société de transport de Montréal depuis 2004.

« Avant, pendant et après, je n’ai jamais donné de contrat à M. Rizzuto. Les faits parlent d’eux-mêmes », réplique le maire Coderre.

Aurait-il dû déclarer ce chèque, comme on pourrait le penser à la lecture du code d’éthique des députés de 2012?

«Je peux avouer que j’ai fait une erreur. Je ne peux pas refaire le passé.»

— Denis Coderre

Des députés à Ottawa semblaient surpris que M. Coderre n’ait pas déclaré la somme reçue de Jean Rizzuto. « On a les obligations, avec le commissaire, de déclarer ce genre de cadeau là », a rappelé le député néo-démocrate Matthew Dubé.

Pour le bloquiste Xavier Barsalou-Duval, le processus est clair, et les députés doivent divulguer annuellement chaque montant reçu. « Je ne vois pas comment il a pu oublier 25 000 $ […] C’est de l’argent, ça ne s’oublie pas comme ça », a-t-il résumé.

Le Commissariat aux conflits d'intérêts et à l'éthique a précisé qu'il ne conservait pas les documents au sujet d'un député au-delà d'une période de 12 mois suivant la cessation de ses activités parlementaires.

Le litige avec Shane Doan, qui a débuté après que Denis Coderre eut réclamé son exclusion de l’équipe canadienne de hockey pour des propos méprisants à l'endroit d'arbitres francophones de la LNH, en 2005, s’est finalement réglé à l'amiable en 2010.

Réaction d’un porte-parole de Jean Rizzuto

Le montant de 25 000 $ évoqué dans cette histoire est le seul chèque que Jean Rizzuto a donné à Denis Coderre, a indiqué un porte-parole de l’homme d’affaires. Il l’a fait parce qu’il a la défense du français à cœur, a-t-il ajouté.

Le porte-parole a précisé que Jean Rizzuto n’avait jamais donné d’argent au parti Équipe Coderre, mais qu’il avait fait des contributions au Parti libéral du Canada.

Il affirme que M. Rizzuto n’a pas de contrat directement avec la Ville, et confirme que le contrat évoqué avec la STM implique la firme Metrocom.

Projet Montréal demande des preuves concrètes et publiques

L'opposition officielle à l'Hôtel de Ville, le parti Projet Montréal, demande que les chèques en question soient rendus publics, de même que l'entente avec Shane Doan. La chef de Projet Montréal, Valérie Plante, s'interroge notamment sur le fait que le chèque a été versé deux ans après le règlement du litige.

Mme Plante accuse Denis Coderre de tenter de minimiser l'affaire, déplorant qu'il ait d'abord nié avoir reçu ce chèque. M. Coderre a dit que les journalistes l'avaient contacté alors qu'il souffrait d'une inflammation de la prostate. « À ce que je sache, la perte de mémoire n'est pas un symptôme d'une prostatite », a lancé la chef de Projet Montréal.

«Je trouve que ce sont de très faibles excuses qui sont inacceptables, surtout quand on est un élu, on doit être au-dessus de la mêlée, on doit montrer l’exemple.» - Valérie Plante, chef de Projet Montréal

Valérie Plante demande au maire de prouver qu'il n'y a pas de conflit d'intérêts, surtout qu'au moins un projet de développement en cours, près du métro Frontenac, serait mené par une entreprise de Jean Rizzuto, dit-elle, et que le directeur général d'Équipe Coderre, le parti du maire, a aussi des liens avec l'homme d'affaires.

Le maire Coderre ne confirme pas l'implication de M. Rizzuto dans le projet de développement en question et affirme que si c'était le cas, il se retirerait des discussions à ce sujet. M. Coderre a rappelé un cas où il avait agi ainsi parce que le concessionnaire où il avait acheté sa voiture participait à un appel d'offres.

Un porte-parole de Jean Rizzuto a indiqué à Radio-Canada que son mandat se limitait aux activités commerciales dans le réseau du métro et n'incluait pas de tels projets immobiliers. Le directeur général de Transgesco, Michel Lafrance, assure que M. Rizzuto n'a aucun lien avec la compagnie Transimmobilier, qui développe le site autour de la station de métro Frontenac.

Le maire Coderre refuse également d'accéder à la demande de l'opposition de fournir les chèques et les informations au sujet de l'affaire Shane Doan. « Non, ce n’est pas de leurs affaires, a-t-il lancé. Le reste, ça c’est de l’intérêt privé, il n’y a pas d’intérêt public là-dedans, dans le sens que si ça avait été une cause qui était financée par la Chambre des communes, c’est une chose. On est en 2012, à plus d’un an et demi de l’élection [municipale], je ne pensais même pas à la mairie dans ce temps-là. »

Vrai Changement pour Montréal réclame de son côté une séance spéciale du conseil municipal pour que le maire Coderre s'explique au sujet de toute cette histoire.

« Denis Coderre est un politicien d’expérience et sait pertinemment que ce type de contribution soulève des questions éthiques, pour lesquelles la transparence est incontournable. Rappelons que quelques années auparavant, Denis Coderre était du nombre des ministres libéraux qui avaient dû témoigner devant la commission Gomery, il était on ne peut mieux placé pour savoir à quel point ces questions sont sensibles », affirme la chef du parti, Justine McIntyre, dans un communiqué.