DIVERTISSEMENT
02/04/2017 11:02 EDT | Actualisé 03/04/2017 06:20 EDT

Katherine Levac, adepte (ou pas) de ski de fond et de natation

L’extrait de Tout le monde en parle où Katherine Levac se confie sur sa récente perte de poids circule depuis vendredi dernier, mais on en a appris davantage pendant l’émission, dimanche.

La jeune humoriste arborait le même look qu’actuellement avant de devenir connue, et prévoyait «revenir à son mode de vie d’avant» pour le lancement de son premier one woman show, intitulé Velours.

«Je pensais sincèrement que ça passerait dans le beurre si je changeais de sexe et que je m’appelais Ghislain. C’est mon prochain move», a blagué Katherine, qui a insisté sur le caractère intime de sa transformation, même si elle reçoit des tonnes de messages lui réclamant ses «trucs miracles».

«Je vais bien, j’ai pas eu 15 opérations, je ne prends pas de drogue, je ne suis pas malade (…) C’est tellement un processus intime. C’est juste à moi, ça.»

Elle dit ne pas oser répondre, à celles qui veulent ses conseils, qu’elle nage quatre fois par semaine, qu’elle fait du ski de fond (même si elle déteste ça ; on l’a même entendue badiner avec Antoine Bertrand à ce sujet plus tard dans l’émission) et qu’elle mange du filet de sole, arguant essentiellement qu’à chacun son métabolisme. Une femme lui a même écrit en l’accusant de prendre de la drogue.

«Je suis juste une fille qui veut faire des jokes, et là, il faut que je parle de ça…», a-t-elle déploré d’un ton mi-rieur, mi-désespéré.

À Janette Bertrand qui lui demandait s’il était plus difficile d’avoir du travail en télévision lorsqu’on est ronde, Katherine Levac a répondu que, même en l’étant, elle avait obtenu plein de contrats.

«Là, on entre dans une catégorie qui est beaucoup plus importante, qui est ma santé», a-t-elle rectifié, avant de souligner que les nutritionnistes, les entraîneurs et les psychologues sont les personnes à consulter pour quiconque souhaite perdre du poids, car le problème n’est pas toujours dans le garde-manger, mais souvent dans le cœur ou dans la tête, pense-t-elle.

Chercher sa tragédie

Au-delà de sa perte de poids, Katherine Levac était à Tout le monde en parle principalement pour discuter de son one woman show qu’elle commencera bientôt à roder.

Il reste encore des trucs à déterminer, on ignore encore si la célébrissime Paidge Beaulieu de SNL Québec sera du spectacle, mais Levac a précisé que Velours ne sera pas une prestation «de sketchs et de personnages». «Ce n’est pas un show dans lequel je vais m’imiter», a-t-elle annoncé.

Pourquoi Velours? Parce que ça lui fait un velours de travailler dans le milieu de ses rêves, de se faire reconnaître par des inconnus, parce qu’on lui dit parfois qu’elle a «une main de fer dans un gant de velours», et parce que la vie a relativement toujours été bonne pour elle, toute «en velours». «J’ai longtemps cherché ma tragédie», a-t-elle illustré, pour appuyer le fait que de ne pas avoir rencontré de drames ou de difficultés est parfois mal perçu par le commun des mortels.

En début d’entrevue, Guy A.Lepage a taquiné Katherine Levac sur la vidéo de promotion de sa première tournée, où s’ébattent des chats. «En réunion de prod, les gens crient pas au génie de ce concept-là», a lancé Katherine, pince-sans-rire.

Enfin, l’avenir en humour appartient-il aux femmes? «Moi, j’ai toujours dit qu’en humour, l’avenir appartient à ceux qui sont drôles», a laissé tomber Katherine Levac le plus simplement du monde.

INOLTRE SU HUFFPOST

Galerie photo Quelques spectacles d'humour à voir en 2017 Voyez les images