NOUVELLES
01/04/2017 10:57 EDT | Actualisé 02/04/2018 01:12 EDT

Paraguay: un mort dans les affrontements après un vote controversé du Sénat

ASUNCION, Paraguay — Des violents affrontements ont éclaté à l'extérieur du Congrès, au Paraguay, des manifestants mettant le feu aux alentours après que le Sénat eut donné son aval à un controversé amendement constitutionnel qui autoriserait les présidents de gouverner pendant plus d'un mandat dans un pays toujours hanté par les 35 ans au pouvoir du général Alfredo Stroessner.

Au moins une personne a perdu la vie dans un autre incident survenu aux quartiers généraux d'un parti d'opposition, ont indiqué les autorités samedi, alors que plusieurs membres de l'opposition qualifiaient le vote du Sénat d'irrégulier. Les circonstances de la mort de Rodrigo Quintana, du Parti libéral radical authentique, demeuraient floues.

Vendredi soir, des dizaines de personnes, incluant un policier, ont été arrêtées. Des manifestants avaient réussi à traverser le périmètre érigé par la police et à pénétrer le premier étage de la législature, mettant feu à des papiers et des meubles.

La police a eu recours à des canons à eau et a tiré des balles de caoutchouc afin de disperser les manifestants. Les pompiers se sont quant à eux affairés à éteindre les petits brasiers constatés à l'intérieur.

La manifestation a éclaté après qu'une majorité de sénateurs eurent approuvé un amendement constitutionnel visant à permettre la réélection d'un président.

Certains membres de l'opposition ont qualifié le vote d'illégal, faisant valoir que celui-ci s'est tenu sans la présence de tous les membres du Sénat.

Ce changement permettrait à l'actuel président du Paraguay, Horacio Cartes, et à ses prédécesseurs de briguer un nouveau mandat en vue des élections de 2018. Selon la loi actuelle, les présidents ne peuvent effectuer qu'un seul mandat de cinq ans.

Le processus pour faire passer l'amendement au Sénat a débuté mardi, alors que 25 sénateurs ont changé les procédures internes, faisant en sorte de précipiter le vote. Le président du Sénat, Roberto Acevedo, a déclaré qu'une telle façon de faire violait les règles du Sénat et a interjeté appel face à la Cour suprême.

L'amendement permettant la réélection du président Cartes a rallié l'appui de 25 des 45 sénateurs, la plupart des votes provenant de membres du parti au pouvoir, le parti Colorado, mais aussi de plusieurs groupes d'opposition.

La proposition, maintenant qu'elle est approuvée par le Sénat, a été envoyée à la Chambre des députés. Si le feu vert est donné, un référendum national sur la question de l'amendement controversé devra être prévu.