NOUVELLES
31/03/2017 06:31 EDT | Actualisé 31/03/2017 06:32 EDT

Une vidéo offrant 1000 $ pour filmer les prières musulmanes dans les écoles suscite des craintes

YouTube

Le conseil scolaire du district de Peel met en garde ses employés contre une vidéo publiée en ligne qui met au défi les gens de filmer les prières musulmanes du vendredi dans les écoles de la région en échange d'une récompense de 1000 $.

Le conseil scolaire a fait parvenir une note à ses employés qui dénonce la vidéo et leur demande d’être « extrêmement vigilants ». L'unité des crimes haineux de la police régionale de Peel a d’ailleurs ouvert une enquête, bien qu’aucun incident n'ait été rapporté.

La vidéo de près de trois minutes et demie du controversé commentateur torontois Kevin Johnston a été publiée le 29 mars dernier sur le site Freedom Report, qui se décrit comme étant « le site de nouvelles le plus honnête au Canada ».

Dans celle-ci, Kevin Johnston s'indigne que le conseil permette la tenue de prières musulmanes dans ses écoles. Il ajoute qu'elles sont, selon lui, discriminatoires envers les femmes, et qu’elles contiennent des « propos haineux ». Il précise ensuite que pour recevoir la récompense de 1000 $, la vidéo doit identifier l’étudiant par son nom et montrer son visage.

Cela fait près de 20 ans que les élèves musulmans du conseil scolaire sont autorisés à faire ces prières du vendredi, les jumu'ah. Ils lisent des extraits du Coran, ainsi que des sermons en anglais qu’ils peuvent rédiger eux-mêmes. Dans sa vidéo, Kevin Johnston se dit « inquiet » du contenu de ces sermons, et accuse des étudiants de rédiger des sermons antisémites, sans toutefois avancer de preuves pour appuyer ses propos.

«Je crains que des étrangers tentent de s'infiltrer dans les écoles pour filmer les élèves.» - Ibrahim Hindy, imam

Selon Ibrahim Hindy, un imam qui supervise les prières dans les écoles du conseil scolaire, il n’y a pas de raisons de s'inquiéter, d'autant plus que les prières sont supervisées par des membres du personnel.

Il ajoute que le défi lancé par Kevin Johnston porte atteinte à la vie privée des élèves puisqu’il est interdit de filmer un mineur en Ontario sans son consentement. « Cette vidéo cause beaucoup d'anxiété chez les élèves, ils se sentent menacés dans leurs écoles, alors que c'est un endroit où ils devraient se sentir en sécurité ».

VOIR AUSSI: