NOUVELLES
30/03/2017 16:03 EDT | Actualisé 31/03/2018 01:12 EDT

Un outil pour comparer la productivité des entreprises canadiennes présenté à Rouyn-Noranda

Il existe un écart de productivité de 27 % entre les entreprises canadiennes et américaines. C'est le constat du président et chef de la direction de la Banque de développement du Canada (BDC), Michael Denham, qui a prononcé un discours jeudi midi à Rouyn-Noranda devant plus de 70 personnes.

L'événement était organisé par la Chambre de commerce et d'industrie de Rouyn-Noranda (CCIRN).

La BDC a récemment lancé un outil web de comparaison de la productivité des entreprises canadiennes.

M. Denham croit qu'une entreprise plus productive connaîtra une plus grande croissance et sera plus rentable.

« Une chose très importante, c'est le niveau d'investissement technologique. En général, les compagnies canadiennes investissent deux fois moins que les compagnies américaines », soutient-il.

Michael Denham se dit toutefois optimiste. Il estime qu’avec cet outil qui tiendra les entrepreneurs à l’affût, ces derniers seront en mesure de mettre en place les choses nécessaires pour réduire l'écart qui les sépare des entreprises américaines.Prévoir les crises

L'entreprise Abitibi Géophysique a été citée en exemple pour illustrer la productivité.

Pendant la crise minière de 2012, les investissements miniers ont chuté de 38 % alors que l'entreprise de Val-d'Or a vu ses revenus augmenter de 58 % en raison des investissements réalisés pour sa productivité.

Jonathan Simoneau, superviseur des opérations chez Abitibi Géophysique, explique que c’est en voyant les signes de cette crise que l’entreprise a décidé d’agir.

« La seule façon de s'en sortir, c'était vraiment de développer et d'investir de l'argent dans le domaine de la recherche et développement, ainsi que dans l'élévation, pour être sûr qu'on puisse se sortir de la crise avec succès », explique-t-il.