NOUVELLES
30/03/2017 02:42 EDT | Actualisé 31/03/2018 01:12 EDT

Ski extrême: l'Asie, nouvelle frontière du circuit mondial de freeride

Avec une étape au Japon probablement dès l'an prochain et de grands projets en Chine, le circuit mondial de freeride (FWT) dont la finale se déroule ce week-end à Verbier, "a besoin" de s'internationaliser pour "découvrir de nouveaux marchés", expliquent ses organisateurs et ses partenaires.

Créée en 2008 par Nicolas Hale-Woods sur la base de l'Xtreme de Verbier, station suisse véritable Mecque de la discipline, le Freeride World Tour (FWT), qui est indépendant de la Fédération internationale de ski (FIS) a déjà conquis plusieurs continents.

Depuis sa première édition avec quatre étapes à Mammoth Mountain (Etats-Unis), Sotchi (Russie), Tignes (France) et la finale à Verbier, le circuit a tracé sa route.

En dix ans, le nombre d'étapes à évolué, de 4 à 6 suivant les années, avec de nouvelles destinations comme Kirkwood, Squaw Valley, Snowbird et Haines/Alaska (Etats-Unis), Revelstoke (Canada), Sogndal (Norvège), Chamonix (France), Courmayeur (Italie), Saint-Moritz (Suisse), Saalbach-Fieberbrunn (Autriche) et Vallnord-Arcalis (Andorre).

"Aujourd'hui il y un réel besoin de découvrir de nouveaux marchés car notre idée est que le FWT soit vraiment un événement global", explique Nicolas Hale-Woods.

Des épreuves qualificatives "ont déjà lieu en Océanie (Nouvelle-Zélande) ou en Asie (Hakuba) mais nous souhaitons intégrer l'Asie au circuit mondial FWT", ajoute le Suisso-Britannique.

Ainsi en 2018, après un premier test cet hiver lors d'une épreuve uniquement qualificative pour le circuit élite, l'étape de Hakuba dans la préfecture de Nagano (sur l'île principale, Honshu), site des jeux Olympiques d'hiver en 1998, devrait intégrer le circuit principal.

"Il reste encore des questions financières à régler mais on n'est pas loin de signer pour la saison prochaine", ajoute M. Hale-Woods. Si Hakuba ouvre le circuit 2018, cela pourrait entraîner dans le même temps la disparition d'une autre des cinq étapes actuelles.

Saalbach-Fieberbrunn, qui a signé jusqu'en 2019, Andorre et Verbier, engagées respectivement jusqu'en 2020 et 2024, ne sont pas concernées, tandis que Chamonix et Haines n'ont "pas resigné".

"Si la discipline progresse dans le monde entier à travers le FWT, nous en bénéficierons en tant que marque de produits pour le ski", souligne Anders Norin, responsable des partenariats de Peak Performance, sponsor du FWT pour la deuxième année.

Avec un chiffre d'affaires de 100 M EUR, la marque suédoise de vêtements de ski haut de gamme créée en 1985 d'abord pour le freeride avant de se diversifier, a "signé pour 3 ans avec le FWT, de loin notre principal budget de sponsoring, derrière le golf".

"Nous négocions déjà pour continuer", ajoute M. Norin qui y voit un moyen de "rajeunir la marque" dont l'Europe est le premier marché mais qui lorgne aussi sur l'Asie, avec une présence au Japon et en Chine.

Au-delà du Japon où MasterCard était sponsor de l'étape de Hakuba et où Panasonic "pourrait devenir un partenaire", selon M. Hale-Woods, le FWT cherche à repousser ses frontières jusqu'en Chine.

Cet hiver, une délégation accompagnée du Français Xavier de le Rue et du Suisse Sam Anthamatten, deux professionnels, a mené une mission de reconnaissance au nord-est de la Chine "pour de potentielles compétitions".

"Nous avons exploré pendant cinq jours les environs de Changbaichan, situé dans le massif de Changbai, sur la frontière entre la Chine et la Corée du Nord", confie M. Hale-Woods.

L'objectif était "d'évaluer si les faces de la région, situées sur les pentes d'un volcan, présentent les standards FWT en termes de terrain pour accueillir une compétition de freeride".

Au-delà, en s'appuyant sur des partenaires locaux, "l'idée est d'amener en Chine toute la pyramide autour du freeride, de la formation des jeunes à des compétitions élite", ajoute M. Hale-Woods. Et de rappeler que la Chine, qui organisera les JO d'hiver 2022, veut développer un marché des sports d'hiver s'appuyant sur plus de 300 millions de personnes vivant dans le nord du pays.

"La région de Changbaichan et la Chine en général présentent un réel potentiel de développement pour le freeride. Les défis existent mais le jeu en vaut la chandelle", conclut M. Hale-Woods.

ebe/chc

MASTERCARD

PANASONIC CORP.