NOUVELLES
29/03/2017 23:23 EDT | Actualisé 30/03/2018 01:12 EDT

Les parents violents sur les terrains de foot indignent l'Espagne

Les arbitres espagnols s'exaspèrent de la violence des parents qui se déchaînent lors de matchs de football joués par leurs enfants, un phénomène dont l'Espagne prend conscience avec la diffusion de vidéos amateurs.

"Messieurs! Il y a des enfants!", crie une femme, tandis qu'une dizaine de pères échangent des coups de poing lors d'un match de jeunes de 12 à 13 ans, le 19 mars à Majorque, dans les îles Baléares.

La bagarre générale, filmée avec un téléphone portable au bord du terrain, a été vue plus de 100.000 fois sur YouTube et a suscité dans les jours suivants une vague d'indignation.

Lundi, la vidéo d'une altercation entre des jeunes joueurs et un spectateur sur un terrain d'Andorre-la-Vieille faisait encore les titres du journal de la télévision publique.

La sanction pour les clubs impliqués dans la rixe de Majorque pourra leur valoir une amende allant jusqu'à 1.500 euros, selon la fédération régionale.

"Ces amendes sont ridicules", affirme le président du comité d'arbitres des îles Baléares, Bartolomé Riera, interrogé par l'AFP. "Si ça faisait vraiment mal au portefeuille des clubs et des parents, elles pèseraient davantage".

- 'Tout est permis' -

"L'exemple qu'on donne est terrible", affirme Angel Andrés Jiménez, ancien arbitre engagé contre la violence dans le sport. "Il faut rééduquer les jeunes et c'est beaucoup de travail. Parce que ce qu'ils ont vu, ils ont vu leurs parents le faire. Des gens qui pour eux sont des référents".

"Beaucoup de parents ont une vision du sport où tout est permis", explique David Garcia, psychologue du sport co-auteur d'un manuel sorti récemment à destination des parents.

"Le problème principal est le manque d'empathie des parents envers leur enfant. Ils ne pensent pas à ce qui est bon pour lui, ils veulent réaliser leurs rêves qu'ils n'ont pas réussi à accomplir", ajoute-t-il.

"Dans les catégories de jeunes, le public est terrible", confirme Sergio, arbitre de football souhaitant conserver l'anonymat, membre d'un collectif d'arbitres recensant les violences sur les terrains. "Les enfants entendent leurs parents insulter et menacer l'arbitre et les adversaires."

Si le problème n'est pas spécifique à l'Espagne, David Garcia s'indigne qu'on y agisse "seulement pour les grands incidents qui passent à la télé".

- Passivité -

Pour la saison 2015-2016, le Conseil supérieur des sports (CSD) dénombrait 218 matchs de football amateur émaillés d'incidents, dont 58 dans les catégories de jeunes.

Mais des arbitres considèrent que ces chiffres ne montrent pas l'ampleur du problème.

"La violence commence avec les insultes, le dénigrement, les menaces. Ce qui arrive dans l'immense majorité des rencontres", assure Angel Andrés Jiménez.

"Pour qu'un arbitre espagnol appelle les forces de l'ordre, il faut qu'il craigne de se faire frapper", ajoute Sergio.

Tous deux souhaitent que des sanctions dissuasives soient prises dès les premières agressions verbales.

Ils dénoncent la passivité des clubs et des 19 fédérations régionales à l'heure d'appliquer des sanctions. "Ce sont des tout petits clubs avec peu de public. Ils ne vont pas agir contre leurs supporters qui leur donnent de l'argent", explique Sergio, assurant avoir subi des pressions de ses supérieurs lorsqu'il se montrait trop intransigeant.

Après les dernières vidéos, le président du CSD, José Ramon Lete, a annoncé la prochaine tenue d'une conférence inter-régionale contre la violence.

Mais contrairement au football professionnel, où des violations du règlement sont sanctionnées chaque mois, les initiatives dans le football amateur sont désordonnées.

Chacun y va de sa solution. Fin février, la région de Murcie (sud-est) a lancé une campagne demandant aux parents de se saluer avant les rencontres.

Bartolomé Riera propose d'installer des caméras dans tous les stades et David Garcia affirme que l'important serait de sensibiliser les entraîneurs.

Mais ce dernier reste pessimiste quant aux clubs: "ils vont essayer de régler ça avec les moyens dont ils disposent déjà et vont réessayer des choses qui n'ont pas fonctionné".

av/pmr/cr/lch