Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Décret sur l'immigration: le juge à Hawaï prolonge l'injonction

Un juge fédéral à Hawaï a indiqué, mercredi, qu'il prolongeait l'injonction bloquant le décret migratoire du président Donald Trump jusqu'à ce que la poursuite de l'État ait été entendue.

Le juge de district Derrick Watson a livré sa décision par écrit après avoir entendu les arguments des avocats de l'État d'Hawaï et du gouvernement fédéral, mercredi.

L'avocat du département de la Justice, Chad Readler, a demandé au magistrat de s'inspirer de jugements plus restreints bloquant uniquement la portion du décret de M. Trump qui suspend les nouveaux visas pour les citoyens de six pays à majorité musulmane.

Me Readler a notamment affirmé que la suspension du programme de réfugiés n'avait aucun impact à Hawaï.

Hawaï soutient que le décret-loi établit une discrimination envers les musulmans et nuit à l'économie de l'État, tandis que le gouvernement fédéral fait valoir que le président Trump ne fait qu'exercer son pouvoir pour protéger la sécurité nationale.

Me Readler a argué que l'État d'Hawaï n'avait présenté que des commentaires généraux concernant les impacts du décret sur les étudiants et le tourisme.

Le procureur général d'Hawaï, Douglas Chin, a soutenu que le choix des termes dans le décret remanié s'apparentait à "une enseigne lumineuse avec l'inscription "musulmans interdits"". Et l'avocat a dit croire que personne au gouvernement n'avait pris la peine de l'éteindre.

INOLTRE SU HUFFPOST

Manifestations contre le décret anti-immigration de Donald Trump

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.