NOUVELLES
30/03/2017 06:02 EDT | Actualisé 30/03/2017 06:02 EDT

Avis partagés sur l'aménagement d'un cimetière musulman à Saint-Apollinaire

Marc-Antoine Lavoie/Radio-Canada

Une centaine de personnes ont assisté à la consultation publique sur l'aménagement d'un cimetière réservé aux musulmans dans la municipalité de Saint-Apollinaire. Une poignée de résidents s'y opposent, mais beaucoup de gens ont également pris la parole pour soutenir le projet.

« On veut qu'ils se sentent dans notre société, qu'ils deviennent des membres à part entière et bien ça va jusqu'à leur mort », a fait valoir Serge Paradis devant les élus municipaux qui recueillaient les commentaires des résidents.

Du côté des opposants, c'est surtout l'usage exclusif du site par les musulmans qui dérange. « Pourquoi vous ne voulez pas être enterré avec nous dans un cimetière multiconfessionnel », a lancé Victor-Hugo Castro.

La municipalité doit publier un avis public le 18 avril pour permettre aux citoyens de se prononcer officiellement sur le projet. Si ceux qui s'y opposent sont suffisamment nombreux, le processus pour la tenue d'un vote référendaire pourrait être enclenché.

« On est intégré »

Quatre représentants de la communauté musulman assistaient également à la rencontre pour défendre leur projet de cimetière derrière les installations de l'entreprise funéraire Harmonia.

« On est intégré, tout ce qu’on veut c’est avoir notre particularité sur le plan du rite, a plaidé Bouffeldja Benabdallah. Si je quitte dans quelques jours et qu’on nous a dit non, mes enfants vont sentir qu’ils sont des Québécois de seconde zone. Ne leur faites pas ça. »

La consultation publique de mercredi soir était nécessaire puisque l'aménagement d'un cimetière sur le terrain convoité par les membres du CCIQ nécessitera une modification au règlement de zonage. Le zonage actuel permet l'entreposage d'urnes funéraires, mais pas l'inhumation de corps.

Le 19 février dernier, la communauté musulmane s'est prononcée en faveur de l'acquisition de ce terrain pour un montant de 215 000 $. La transaction est conditionnelle à ce que le la modification au règlement de zonage soit acceptée par la municipalité.

En plus de la modification au zonage, le projet doit obtenir une autorisation du ministère de l'Environnement afin de s'assurer qu'il répond aux normes de protection des nappes phréatiques.

LIRE AUSSI:

» Islamophobie ambiante au Québec: amalgame et confusion

» Islamophobie: le témoignage d'une Québécoise rappelle que le problème est bien réel

Voir aussi:

Galerie photo Vigile à Québec à la mémoire des victimes de l'attentat Voyez les images