POLITIQUE
29/03/2017 06:12 EDT | Actualisé 29/03/2017 06:14 EDT

La Russie conseille à ses ressortissants d'éviter les blagues salaces au Canada

MarianVejcik via Getty Images
Mixed flag of Russia and Canada.Russia flag and Canada flag.

Le ministère russe des Affaires étrangères a récemment mis en ligne un guide de bonne conduite à l'intention des touristes russes. Une soixantaine de pays, dont le Canada, y sont répertoriés.

Un texte de Bahador Zabihiyan

On y décrit le Canada comme un pays faisant une fixation sur l'égalité des sexes. On y affirme qu'il vaut mieux ne pas y raconter des blagues salaces et qu'il y règne une certaine forme de censure publique lorsqu'il est question des relations entre les hommes et les femmes ou des minorités sexuelles.

Virginie Lasnier, une experte de la Russie qui étudie à l'Université McGill et qui lit couramment le russe, a parcouru le guide en russe à la demande de Radio-Canada.

Voici des extraits traduits du passage concernant le Canada :

  • « Le Canada, où l'on a depuis longtemps légalisé le mariage [entre personnes] de même sexe et où l'on peut observer une sérieuse obsession pour l’égalité hommes-femmes, ce n'est pas le meilleur endroit pour raconter des blagues masculines salaces ou sur les genres non traditionnels [LGBT]. »
  • « En plus de la censure publique, il y a dans les grandes régions métropolitaines des quartiers compacts composés de représentants de minorités sexuelles (en particulier à Vancouver, à Toronto et à Montréal). Il y a donc le risque de se heurter à une sanction sous la forme d'amendes et même d'être incriminé en vertu de l'article [de loi] intitulé "crime haineux". »
  • « Il vaut mieux aussi ne pas montrer ses émotions lorsqu'on traite avec le sexe opposé afin d'éviter des accusations de tentatives de harcèlement sexuel (sur les campus universitaires, il y a des polices de moralité publique) »
  • Mme Lasnier a résidé en Russie. Elle estime que le guide du gouvernement russe donne une image plutôt négative du Canada, alors que les Russes ont souvent une très bonne opinion du pays, selon son expérience.

«Ça démontre avant tout ce que le régime tente d’inculquer à ses citoyens comme image du Canada, plutôt que ce que les Russes vraiment pensent du Canada. On tente en même temps de jouer sur les stéréotypes et les inconforts qui demeurent dans la population russe face aux enjeux liés à l’homosexualité et aux discours féministes.» - Virginie Lasnier, étudiante au doctorat à l’Université McGill et chercheure associée au CÉRIUM

Le guide étonne Marie-Pier Boisvert, directrice générale du conseil québécois LGBT.

«Il mêle en fait l’idée qu’on soit pour l’égalité homme femme, que le mariage pour les personnes de même sexe soit permis ici, et tout ça dépeint le Canada comme un lieu où la censure est omniprésente, c'est vraiment très ironique je trouve.» - Marie-Pier Boisvert, directrice générale du conseil québécois LGBT.

Aucune mention du climat ou du bilinguisme dans le guide, mais on y précise que les Canadiens détestent être pris pour des Américains. « Bien que, pour les étrangers, il soit souvent difficile de distinguer les Canadiens des Américains, on peut fortement insulter un citoyen canadien si l’on compare son pays avec les États-Unis ».

LIRE AUSSI:

» Les fausses nouvelles dans la ligne de mire des Forces canadiennes en Lettonie

» Retour en prison pour l'opposant russe Navalny

» Marine Le Pen pose avec un député russe antisémite et homophobe

Voir aussi:

Suivez-nous sur Twitter

INOLTRE SU HUFFPOST

Galerie photo Oïmiakon, en Russie, le village le plus froid de la planète Voyez les images