NOUVELLES
26/03/2017 05:18 EDT

La qualité de l'eau du lac Champlain menacée par Trump

Diane Shapiro via Getty Images

Un programme de dépollution du lac Champlain ne recevra plus un sou si le Congrès américain approuve le budget proposé par le président Donald Trump, qui envisage d'amputer de près d'un tiers l'enveloppe de l'Agence de protection de l'environnement.

Un texte de Fanny Samson

Cette décision menace l'eau potable des Québécois qui habitent près du lac Champlain. Plusieurs organismes au Québec, au Vermont et à New York se partagent la tâche d’assainissement de l’eau. Ces efforts sont financés par le Lake Champlain Basin Program, une organisation qui a reçu 5,5 millions de dollars en 2016.

« La proposition du président Trump, qui n'est pas encore approuvée au Congrès, annulerait complètement ce financement-là », dénonce Pierre Leduc, vice-président aux communications de l'organisme de Bassin versant de la Baie Missisquoi.

Tout comme un programme de restauration des Grands Lacs, le Lake Champlain Basin Program perdra la totalité de son financement si le premier budget de Donald Trump est approuvé tel quel.

Pierre Leduc est inquiet. « Si notre voisin ne veut pas entretenir sa moitié de haie, on ne peut pas tout faire le travail nous-même tout le temps, sans se sentir un peu perdant là-dedans », déplore-t-il.

Environ 145 000 habitants du Québec et des États-Unis boivent de l'eau qui provient du lac Champlain.

Le Lake Champlain Basin Program permet notamment aux organismes de lutter contre les algues bleues et le taux de phosphore.

Un budget pour un an

Les responsables du programme devront chercher de nouveaux moyens de financer le programme. « L'organisme a suffisamment d'argent dans les budgets actuels pour fonctionner encore pendant un an. Pour payer les salaires, continuer les projets et continuer à subventionner des projets dans la communauté », affirme Pierre Leduc.

« Les algues bleues existaient dans ce lac dans le temps de mon père, né en 1912. C’était bien avant les engrais chimiques. » - Sandy Montgomery, membre du Lake Champlain Committee

Mais selon le Montréalais Sandy Montgomery, qui siège depuis dix ans à un comité citoyen subventionné par le programme, les États ne pourront pas compenser pour cette perte. « Ce sera très difficile de demander aux États de payer », soutient-il.

Le sénateur du Vermont, Bernie Sanders, et d'autres représentants américains collaborent avec les organismes pour convaincre le président américain de faire volte-face.

De son côté, le gouvernement québécois demande à Washington de maintenir le financement qui vise les Grands Lacs et le lac Champlain.

À VOIR AUSSI


LIRE AUSSI:

» La question à 1000 $: l'«impeachment», comment ça marche?

» Plan d'action en 10 étapes pour arrêter Donald Trump - Michael Moore


Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter

INOLTRE SU HUFFPOST

Galerie photo Des sites naturels et culturels célèbres menacés par le réchauffement climatique Voyez les images