POLITIQUE
25/03/2017 05:02 EDT

REM: Couillard veut un engagement rapide d'Ottawa

Anadolu Agency via Getty Images
MONTREAL, CANADA - FEBRUARY 2: Premier of Quebec, Philippe Couillard delivers a speech during a funeral ceremony held for six people, who were killed in a shooting at a mosque in Quebec City late Sunday, at Maurice Richard Arena in Montreal, Canada on February 2, 2017. (Photo by Seyit Aydogan/Anadolu Agency/Getty Images)

Le premier ministre Philippe Couillard dit vouloir « sans attendre » un « engagement précis » de la part du gouvernement fédéral au sujet du Réseau électrique métropolitain (REM) à Montréal, ajoutant avoir par ailleurs eu des échos plus encourageants depuis le dépôt du budget fédéral mercredi, concernant deux autres projets d'infrastructures de transport chers à son gouvernement.

En marge d'un colloque régional du Parti libéral du Québec samedi à Laval, M. Couillard a déclaré qu'un investissement fédéral dans le REM – dont le maître d'oeuvre est la Caisse de dépôt et placement du Québec (CDPQ) – ne pouvait pas attendre la mise sur pied de la banque de l'infrastructure annoncée par Ottawa.

Le premier ministre a affirmé qu'un cadre financier « très précis » pour le REM serait inclus dans le budget du gouvernement du Québec cette semaine, et que Québec voulait« commencer les travaux assez rapidement pour finir dans les échéanciers ».

À la suite du dépôt du budget fédéral, le gouvernement du Québec s'était inquiété qu'il y soit fait mention d'un projet d'infrastructure de transport au singulier plutôt qu'au pluriel, craignant que la participation d'Ottawa aux trois projets ne soit pas au rendez-vous.

Dans cette mêlée de presse samedi, M. Couillard s'est dit « content » des « derniers commentaires » venus d'Ottawa, affirmant croire qu'« on arrive à la destination souhaitée », tout en ajoutant qu'il ne fallait pas que le dossier « traîne ».

Au sujet du prolongement de la ligne bleue du métro de Montréal et du Service rapide par bus (SRB) à Québec, il a fait valoir que ces projets en étaient « encore à l'étape de la planification ». Il a rappelé qu'il n'avait pas demandé de montants précis au gouvernement fédéral, et qu'il voulait « travailler avec [lui] ».

À VOIR AUSSI