NOUVELLES
23/03/2017 09:57 EDT | Actualisé 23/03/2017 09:58 EDT

Assassinat de l'ex-député russe Denis Voronenkov, à Kiev, l'Ukraine accuse le Kremlin

NurPhoto via Getty Images
Maria Maksakova - a wife of Voronenkov - is seen touches her dead husbend's head at a place of murder. Denis Voronenkov, 45, a former member of the communist faction in the lower house of Russian parliament and a key witness in Yanukovych case, was shot dead by an unidentified gunman near the entrance of an upscale Premier Palace hotel in Kyiv, Ukraine, March 23, 2017. (Photo by Sergii Kharchenko/NurPhoto via Getty Images)

Un ex-député russe Denis Voronenkov, réfugié en Ukraine et recherché dans son pays pour "escroquerie", a été assassiné jeudi en plein centre de Kiev, les autorités ukrainiennes y voyant la main du Kremlin, des accusations jugées "absurdes" à Moscou.

Denis Voronenkov se trouvait avec son garde du corps devant l'hôtel Premier Palace, lorsqu'un "inconnu" a tiré sept ou huit fois, a déclaré aux journalistes Andreï Grichtchenko, patron de la police de Kiev.

L'ex-député a été blessé mortellement "trois ou quatre fois au ventre et au cou", a-t-il déclaré, précisant que la police a retenu la piste d'un "assassinat commandité".

Le tueur et le garde du corps ont été blessés dans un échange de tir, a affirmé M. Grichtchenko. Tous les deux se trouvent à l'hôpital.

"L'assassinat perfide dans le centre de Kiev de Denis Voronenkov est un acte de terrorisme d'Etat de la part de la Russie, qu'il avait dû quitter pour ses convictions politiques", a rapidement accusé le président ukrainien Petro Porochenko.

Il était l'un des "principaux témoins de l'agression contre l'Ukraine et du rôle de Viktor Ianoukovitch dans l'entrée des troupes russes en Ukraine", a ajouté M. Porochenko.

"Élucubrations" et accusations "absurdes", a aussitôt rétorqué le porte-parole du Kremlin Dmitri Peskov, qui a dit "espérer que le criminel et les commanditaires soient retrouvés".

Denis Voronenkov se préparait à rencontrer l'opposant Ilia Ponomarev, le seul député russe à avoir voté contre l'annexion de la Crimée par la Russie en 2014, selon M. Ponomarev.

- Témoin contre Ianoukovitch -

"Compte tenu de l'identité de la victime, nous prenons comme piste prioritaire tout acte de la Russie visant à éliminer cette personne qui avait donné des preuves importantes des événements en Ukraine" ayant eu lieu pendant le soulèvement pro-européen du Maïdan, a déclaré le chef des enquêteurs, Oleksandr Vakoulenko.

Ancien député communiste, Denis Voronenkov avait fui en octobre 2016 en Ukraine avec sa femme Maria Maksakova, ancienne députée du parti présidentiel Russie unie et chanteuse d'opéra.

Il avait reçu en décembre la citoyenneté ukrainienne après avoir témoigné contre l'ancien président prorusse Viktor Ianoukovitch, chassé du pouvoir par après les manifestations réprimées dans le sang en février 2014.

"Je considérais qu'il était de mon devoir d'aider mon pays et d'exposer ce salaud", avait déclaré Voronenkov dans un entretien au site d'informations ukrainien Censor.net.

- Accusé d''escroquerie' -

L'ex-député s'était également désolidarisé de l'annexion de la Crimée par Moscou, alors qu'il avait voté pour, et comparé la Russie actuelle à "l'Allemagne nazie". "La Russie est un État qui élimine les gens. Que faut-il faire, vivre en permanence dans la peur?", avait-il lancé dans cet entretien avec Censor.net.

Ces propos, qui ont causé l'indignation dans son pays natal, sont à l'origine selon lui d'accusations d'"escroquerie" lancées à son encontre par le Comité d'enquête russe.

Bien qu'elles aient été rendues publiques dans un communiqué en février, ces accusations portent sur des faits remontant à 2010 et 2011.

Ces accusations sont "fausses" et "motivées politiquement", avait-il commenté.

L'ancien parlementaire était également accusé de corruption par le Fonds de lutte contre la corruption (FBK) dirigé par l'opposant russe Alexeï Navalny, qui s'étonnait qu'il puisse acheter cinq appartements, cinq voitures et une maison de vacances avec son seul salaire de député.

Denis Voronenkov avait été averti par les services de sécurité ukrainiens de "menaces" pesant contre sa vie, avait-il déclaré à Censor.net.

"Quand j'ai entendu ça, je l'ai pris au sérieux", avait-il confié. "Si je vais en Russie, je serai arrêté immédiatement. Je ne me fais aucune illusion à ce sujet."

INOLTRE SU HUFFPOST

  • Brendan Hoffman via Getty Images
  • Brendan Hoffman via Getty Images
  • ASSOCIATED PRESS
  • ASSOCIATED PRESS
  • ASSOCIATED PRESS
  • ASSOCIATED PRESS
  • ASSOCIATED PRESS
  • ASSOCIATED PRESS
  • ASSOCIATED PRESS
  • ASSOCIATED PRESS
  • ASSOCIATED PRESS
  • ASSOCIATED PRESS
  • ASSOCIATED PRESS
  • ASSOCIATED PRESS
  • Pierre Crom via Getty Images
  • Brendan Hoffman via Getty Images
  • Brendan Hoffman via Getty Images
  • Pierre Crom via Getty Images
  • Pierre Crom via Getty Images
  • OLEKSANDR RATUSHNIAK via Getty Images
  • ANDREY BORODULIN via Getty Images
  • PETRO ZADOROZHNYY via Getty Images
  • Pierre Crom via Getty Images
  • Pierre Crom via Getty Images
  • Pierre Crom via Getty Images
  • Brendan Hoffman via Getty Images
  • Brendan Hoffman via Getty Images
  • Pierre Crom via Getty Images
  • Pierre Crom via Getty Images