NOUVELLES
22/03/2017 03:20 EDT | Actualisé 22/03/2017 03:20 EDT

Qu'est-ce qu'un orage d'hiver?

Radio-Canada/Ève Christian

Vous pensiez rêver ou faire un cauchemar mardi soir quand le tonnerre vous a réveillé? Vous avez vu en même temps des éclairs traverser le ciel et de la neige semblable à de la grêle tomber? Vous n'avez pas eu la berlue : il arrive que des orages éclatent en plein hiver ou encore, plus fréquemment, tôt au printemps.

Un texte d'Ève Christian

Un orage de neige, « thundersnow » en anglais, est un orage dont les précipitations tombent principalement sous forme de neige.

À quoi ressemble un orage d'hiver?

On n'y voit à peu près que du blanc partout. Le vent s’élève, les averses de neige sont abondantes, mais de courte durée. Parfois, le ciel devient brillant. Il se peut qu’on ne voie pas la trace des éclairs comme pendant l'été, mais simplement une lumière diffuse et subite. Puis, pendant 1 ou 2 secondes, plus rien ne se passe et on entend ensuite le tonnerre gronder sourdement.

C'est un phénomène assez rare, car la convection nécessaire pour la formation d’un orage n’est pas commune aux températures qui doivent être assez froides pour fabriquer de la neige.

D'après des études américaines, entre 6 et 12 orages d'hiver sont rapportés annuellement, surtout dans le nord-est des États-Unis.

Lorsqu’un tel orage sévit en hiver, c'est le présage d'une bonne chute de neige.

Formation des orages hivernaux

orage hiver grele

L’orage d’hiver ne se distingue pas fondamentalement d'un orage d’été, sauf pour le type de précipitations et pour les nuages qui ont une moins grande extension verticale.

Pour qu'un orage se forme, il faut de l’instabilité dans les couches d’air, ce qui est moins fréquent en saison froide. La couche d'air près du sol doit être plus chaude que celle au-dessus, mais elle doit tout de même être assez froide pour engendrer de la neige – ce qui est plutôt rare.

À l’instar de la pluie abondante qui tombe lors des forts orages d’été, les taux de précipitation lors d’orages hivernaux peuvent être surprenants : on peut observer une chute de neige de 5 cm ou même plus à l’heure.

Un des aspects spécifiques des orages d’hiver est que les chutes de neige amortissent le bruit du tonnerre; on l’entend généralement de beaucoup moins loin, dans un rayon d'à peine 3 à 5 kilomètres de l'éclair. Statistiquement, le tonnerre grondera seulement lors de 7 tempêtes de neige sur 100. Quant à la foudre, elle est souvent de plus courte durée.

Il semble qu'ils se produisent plus fréquemment vers la fin de l'hiver et au début du printemps, car c’est le plus souvent à ce moment de l'année que se combinent les ingrédients pour former un tel orage.

La prévision des orages, en hiver

Les orages hivernaux se produisent soit localement, confinés dans un très mince corridor en raison d'effets particuliers, soit dans une dépression.

La prévision des orages hivernaux est difficile, car les indices d'instabilité sont beaucoup plus faibles qu'en période estivale, et la convection se retrouve en altitude ou dans une très mince couche au-dessus du sol.

Les orages hivernaux accompagnent souvent les bourrasques de neige. Ils peuvent aussi se produire avec les effets de lac. Donc, ils seront plus fréquemment observés là où il y a de vastes zones d'eau libre, comme dans la région des Grands Lacs, souvent à l'est du lac Ontario.

Il y en a aussi le long des côtes, car l'humidité provenant des eaux chaudes peut facilement s'évaporer dans l'air plus froid et sec qui se trouve au-dessus. Donc, on en aperçoit à Halifax plusieurs fois par hiver, dans les îles britanniques, dans le nord-ouest de l'Europe et autour de la mer du Japon.

LIRE AUSSI:

» Une avalanche comme si vous y étiez

» Les changements climatiques ont un impact sur la production de sirop d'érable

» Le dégel des champs au printemps contribuerait au réchauffement climatique


Voir aussi:

Galerie photo Tempête à Montréal (14 mars 2017) Voyez les images

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter