POLITIQUE
22/03/2017 04:53 EDT | Actualisé 22/03/2017 05:11 EDT

Budget fédéral 2017 - Le budget Morneau devrait laisser Québec sur sa faim dans le transport collectif

OTTAWA - Le gouvernement Trudeau précise ses intentions en ce qui a trait aux infrastructures, mais des mesures du budget fédéral risquent fort de laisser Québec sur sa faim en matière de transport collectif.

Le deuxième budget déposé à Ottawa mercredi par le ministre des Finances, Bill Morneau, ne précise pas de montants pour les trois importants projets _ le Réseau électrique métropolitain, le prolongement de la ligne bleue du métro de Montréal et le service rapide de bus à Québec _ actuellement sur la table à dessin et au coeur des demandes du gouvernement Couillard.

Quant à la Banque de l'infrastructure, que s'arrachent les villes de Montréal, Toronto et Calgary, on ignore encore où elle aura pignon sur rue, puisque le démarrage de ses activités n'est prévu qu'à la fin de l'année.

Dans son deuxième budget, le ministre Morneau prévoit, dans le cadre de la prochaine phase de son plan en matière de transport en commun, une enveloppe de 20,1 milliards $ répartie sur 11 ans destinée à des projets d'envergure.

Ottawa compte négocier des accords bilatéraux avec les provinces et territoires selon une formule fondée sur l'achalandage ainsi que la population.

Le budget identifie le train électrique proposé par la Caisse de dépôt et placement du Québec (CDPQ) _ dont la facture dépasse maintenant 6 milliards $ _ comme un projet transformateur, sans toutefois évoquer un montant qui pourrait être octroyé.

La Caisse prévoit investir quelque 3 milliards $ par l'entremise de sa filiale CDPQ Infra dans le projet dont la mise en service est prévue en 2020 et elle s'attend à ce que le reste provienne des gouvernements du Québec et d'Ottawa.

"Il y aura des projets (rapidement identifiés) dans lesquels nous pourrons investir avec des partenaires", a affirmé M. Morneau, en conférence de presse, en réponse à une question sur le processus entourant la création de la Banque des infrastructures.

Par ailleurs, le gouvernement Trudeau "proposera bientôt" une loi visant à jeter les bases de la banque indépendante. Cela permettra d'identifier prochainement son chef de la direction ainsi que son président du conseil.

Néanmoins, les documents budgétaires indiquent que la majorité des dépenses par l'institution ne se feront qu'après 2022.

Le gouvernement Trudeau souhaite injecter 35 milliards $ dans cette banque, par l'entremise d'instruments financiers comme des prêts et des investissements en capital-actions. Près de la moitié de cette somme _ 15 milliards $ _ proviendra des fonds annoncés pour l'infrastructure dans l'Énoncé économique effectué l'automne dernier.

Au Québec, les milieux politiques et des affaires plaident pour que Montréal accueille le siège social de la Banque de l'infrastructure. La plupart des intervenants font valoir l'expertise de la métropole en raison de la présence d'investisseurs institutionnels comme la CDPQ ainsi que de firmes d'ingénierie mondiales telles que SNC-Lavalin (TSX:SNC) ainsi que WSP Global (TSX:WSP).

Ultimement, Ottawa souhaite affecter 186,7 milliards $ au nouveau plan en matière d'infrastructure au cours de la prochaine décennie, dont 81,2 milliards $ en nouveaux fonds. Le programme est déployé en deux phases: la première _ de 13,6 milliards $ _ visait à "relancer l'économie".

C'est l'ex-dirigeant du Régime de retraite des enseignantes et enseignants de l'Ontario, Jim Leech, qui a été nommé pour mettre sur pied cette banque indépendante.

LIRE AUSSI:

» Budget fédéral 2017: les faits saillants

» Budget fédéral 2017: de l'innovation et de la modération

» Le budget fédéral 2017 propose une série de mesures pour réduire les inégalités homme femme