NOUVELLES
19/03/2017 03:32 EDT | Actualisé 20/03/2018 01:12 EDT

Violents combats dans l'est de Damas après une attaque surprise d'insurgés

Des affrontements violents ont eu lieu dimanche dans l'est de Damas après une attaque surprise de jihadistes et de rebelles contre les forces prorégime, ont indiqué la télévision d'Etat et l'Obsevatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

Ces combattants, menés par des jihadistes du Front Fateh al-Cham, l'ancienne branche syrienne d'Al-Qaïda, ont attaqué dans le quartier de Jobar, avançant dans le secteur de la place des Abbassides, selon l'OSDH.

"Ils ont visé les forces du régime avec deux voitures piégées et plusieurs kamikazes", a indiqué son directeur Rami Abdel Rahmane, qui n'a pas pu fournir de bilan dans l'immédiat.

Le contrôle de Jobar, où des affrontements ont lieu depuis deux ans, est partagé entre d'un côté des rebelles alliés à des jihadistes et de l'autre les forces progouvernementales.

La télévision d'Etat a de son côté indiqué dimanche que l'armée était en train de "déjouer une attaque de terroristes" grâce à des tirs d'artillerie et avait ordonné aux habitants de rester chez eux.

Elle a diffusé des images de la place des Abbassides, d'ordinaire très fréquentée mais cette fois complètement vide et où les seuls bruits audibles étaient ceux des détonations.

Selon un correspondant de l'AFP à Damas, l'armée a bouclé tous les accès à la place des Abbassides et des explosions résonnaient dans la ville.

"Le quartier de Jobar est une ligne de front importante car c'est la position rebelle la plus proche du centre de la capitale", a expliqué M. Abdel Rahmane.

Les forces gouvernementales essaient depuis longtemps de repousser les rebelles et jihadistes de ce secteur de la ville mais dimanche, ce sont ces derniers qui sont passés à l'attaque.

"Ce n'est pas une escarmouche, c'est une tentative de gagner du terrain" de la part des insurgés, a affirmé M. Abdel Rahmane.

L'OSDH a précisé que l'attaque de Jobar était intervenue pour soulager les rebelles qui tentent actuellement de repousser une offensive des forces du régime dans les quartiers de Barzé, Qaboun et Tichrine, dans le nord de la capitale.

Les violents combats dans ces trois secteurs ont fait au moins 20 morts au cours des dernières 24 heures, d'après l'OSDH.

Depuis son déclenchement en 2011, le conflit en Syrie a fait plus de 320.000 morts et des millions de réfugiés.

lar-bur/mjg/bpe/hj

Biden ou Trump?
Suivez les dernières nouvelles, les analyses et les sondages dans cette course qui ne cesse de surprendre!