Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

«Embrasse-moi je suis Irlandais»: Santé publique Toronto lance un avertissement

DETROIT, MI - MARCH 16: General view of the 2014 Detroit St. Patrick's Day parade on March 16, 2014 in Detroit, Michigan. (Photo by Paul Warner/Getty Images)
DETROIT, MI - MARCH 16: General view of the 2014 Detroit St. Patrick's Day parade on March 16, 2014 in Detroit, Michigan. (Photo by Paul Warner/Getty Images)

Selon l'adage, embrasser un Irlandais le jour de la Saint-Patrick porte chance...mais en ce jour de la Saint-Patrick, le Bureau de la santé publique de Toronto conseille aux gens qui prévoient sortir dans les bars d'être vigilants, car elle continue d'enquêter au sujet de nombreux cas d'oreillons.

En date de mercredi, 43 cas d’oreillons étaient confirmés à Toronto, et la plupart ont été identifiés chez des jeunes de 18 à 35 ans. Parmi les personnes infectées, plusieurs ont fréquenté des bars de l'ouest du centre-ville.

Le virus causant cette maladie infectieuse se transmet d’une personne à une autre par la toux, ainsi que par le contact avec des gouttelettes de salive (lors du partage de boissons, de nourriture ou d’ustensiles), ou encore à l'occasion d’un baiser, entre autres.

Les oreillons se caractérisent par l’inflammation des glandes parotides et des douleurs dans l'oreille. Le risque d’infection est « faible », indique la santé publique, qui recommande tout de même certaines mesures de prévention :

  • Vérifier qu’on a été vacciné contre la maladie. Les personnes nées après 1970 devraient avoir reçu deux doses.
  • Contacter son docteur si on montre des symptômes d’infection, comme un gonflement des glandes salivaires (ou des douleurs à celles-ci), de la fièvre et des maux de tête.

Voir aussi:

Défilé de la Saint-Patrick 2016 à Montréal

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.