NOUVELLES
16/03/2017 09:45 EDT | Actualisé 17/03/2018 01:12 EDT

Vilnius veut un important centre de l'Otan plus à l'est

La présidente lituanienne Dalia Grybauskaite a souhaité jeudi qu'un important centre de commandement de l'Otan soit implanté sur son flanc oriental, face à la menace russe.

"L'Otan est trop lent face aux changements dynamiques du cadre géopolitique mondial", a estimé Mme Grybauskaite dans un communiqué à l'issue d'une entretien avec le nouveau commandant suprême des forces alliées en Europe (SACEUR), le général Curtis Scaparrotti.

"Des changements sont nécessaires aussi bien pour réformer que pour accélérer les procédures de prise de décisions, ainsi qu'en ce qui concerne la délocalisation du commandement militaire plus près des frontières orientales de l'alliance", a-t-elle ajouté.

Les structures de commandement de l'Otan et ses forces militaires sont déployées selon une ancienne logique datant de l'époque de la Guerre froide, en Europe de l'Ouest et dans le sud du continent, a déploré la présidente lituanienne.

"Avec la menace croissante venant de la Russie, il est nécessaire de redéployer les forces alliées sur le flanc oriental" de l'Alliance, a-t-elle poursuivi.

En 2015, l'Otan a implanté six petits centres de commandement sur son flanc oriental, qui compte huit pays membres de l'alliance, pour améliorer son dispositif dans le contexte de la politique ukrainienne de Moscou.

Le seul grand centre de commandement du côté oriental de l'ancien Rideau de fer qui séparait les blocs militaires et politiques de l'ouest et de l'est se trouve à Szczecin, port polonais sur la mer Baltique, à la frontière allemande.

Interrogé par des journalistes, le général Scaparrotti s'est toutefois dit confiant dans les structures existantes et les technologies de pointe qui permettent "de commander et contrôler (les opérations de l'alliance, NDLR) depuis différents endroits" dans le monde.

L'Otan est en train de déployer quatre bataillons multinationaux en Pologne et dans les pays baltes, en réponse à l'activité militaire de la Russie dans la région, notamment l'annexion en 2014 de la Crimée et l'intervention dans le conflit séparatiste dans l'Est de l'Ukraine.

Plusieurs centaines de soldats allemands et américains sont déjà été arrivés en Lituanie avec leur matériel lourd.

La Russie, qui dispose de bases militaires dans son enclave de Kaliningrad, située entre la Pologne et la Lituanie, dément toute ambition territoriale et accuse l'Otan de vouloir l'encercler.

vab/mas/mc/via/mct