NOUVELLES
16/03/2017 06:21 EDT | Actualisé 17/03/2018 01:12 EDT

Theresa May dit non à un nouveau référendum écossais sur l'indépendance

LONDRES — La première ministre britannique Theresa May a rejeté jeudi l'éventualité d'un référendum sur l'indépendance de l'Écosse avant que le Royaume-Uni ne sorte de l'Union européenne.

Mme May a déclaré que «ce n'est pas le moment» de rouvrir le dossier de l'indépendance écossaise, mais elle n'a pas écarté la tenue d'un nouveau référendum dans l'avenir.

Le Royaume-Uni doit enclencher le processus qui mènera à son divorce avec l'Union européenne d'ici la fin du mois.

Le Royaume-Uni est composé de l'Angleterre, de l'Écosse, du Pays-de-Galles et de l'Irlande du Nord.

Si le Royaume-Uni a voté à 52 pour cent en faveur d'un départ, 62 pour cent des électeurs écossais ont plutôt voté en faveur d'un maintien au sein de l'UE.

La première ministre de l'Écosse, Nicola Sturgeon, a annoncé plus tôt cette semaine qu'elle souhaite organiser un référendum entre l'automne de 2018 et le printemps de 2019, quand on connaîtra un peu mieux les détails du divorce entre le Royaume-Uni et l'Union européenne, ce qui permettra aux électeurs écossais de prendre une «décision éclairée».

Un référendum juridiquement contraignant nécessitera tout d'abord l'accord du gouvernement britannique.

«Toutes nos énergies devraient être consacrées à nos négociations avec l'Union européenne», a dit Mme May, avant d'ajouter que l'organisation d'un référendum pendant les discussions avec l'UE «nous compliquerait la tâche pour obtenir la meilleure entente pour l'Écosse et la meilleure entente pour le Royaume-Uni».

La loi autorisant le gouvernement britannique à entamer ses discussions avec l'UE est entrée en vigueur jeudi.