NOUVELLES
16/03/2017 07:30 EDT | Actualisé 17/03/2018 01:12 EDT

Propos sur les pensionnats autochtones: la sénatrice Beyak invitée à «réfléchir»

OTTAWA — Après avoir tenu des propos jugés inacceptables sur les pensionnats autochtones, la sénatrice Lynn Beyak est invitée à réfléchir à la pertinence de demeurer membre du comité sénatorial sur les peuples autochtones.

Dans un communiqué publié jeudi, la présidente du comité en question, Lillian Dyck, a invité sa collègue «à réfléchir au tort que sa présence pourrait causer au comité tandis qu'il amorce l'étude de la relation de nation à nation entre les peuples autochtones et le Canada».

Elle a précisé qu'elle n'avait pas le pouvoir d'exclure des membres comme cela lui a été demandé au cours des derniers jours.

La sénatrice Beyak a suscité la controverse en affirmant, lors d'un débat à la chambre haute, qu'il y avait de bonnes intentions derrière les pensionnats autochtones.

Sa démission a été publiquement réclamée par le député néo-démocrate Romeo Saganash, lui-même un survivant des pensionnats autochtones.

La ministre des Affaires autochtones, Carolyn Bennett, n'est pas allée jusqu'à réclamer le départ de la sénatrice Beyak, mais elle lui a sévèrement reproché ses propos à la Chambre des communes.

Dans un rapport publié en 2015 après sept années de travaux, la Commission de vérité et réconciliation a employé le terme «génocide culturel» pour décrire le sort qui a été infligé aux enfants autochtones.