NOUVELLES
16/03/2017 05:34 EDT | Actualisé 17/03/2018 01:12 EDT

Philippines: les eurodéputés demandent la libération d'une opposante de Duterte

Le Parlement européen a réclamé jeudi la "libération immédiate" de la sénatrice philippine Leila de Lima, principale opposante à la sanglante guerre contre la drogue du président Rodrigo Duterte, craignant qu'elle ait pu être arrêtée pour des motifs "politiques".

"On craint sérieusement que les charges retenues" contre Mme de Lima "aient été presque entièrement inventées", affirme le Parlement dans une résolution adoptée à Strasbourg.

Manille doit "assurer un procès équitable" à l'opposante et "abandonner toutes les charges (à son encontre) qui répondent à des motivations politiques", ont plaidé les eurodéputés.

Leila de Lima, 57 ans, ancienne présidente de la commission philippine pour les droits de l'homme, a été interpellée le 24 février. Elle est accusée d'avoir monté un réseau de trafic de drogue lorsqu'elle était ministre sous l'ex-président Benigno Aquino.

Elle a rejeté ces accusations. Elle est considérée par l'ONG Amnesty International comme une prisonnière d'opinion.

M. Duterte a été élu président l'an dernier en promettant d'éradiquer le fléau de la drogue en faisant abattre des dizaines de milliers de personnes, trafiquants et toxicomanes.

Dans leur résolution, les élus européens soulignent que les Nations unies devraient ordonner une "enquête internationale indépendante" sur ces "meurtres illégaux".

Ils évoquent des "informations crédibles" selon lesquelles la police philippine "maquille des preuves pour justifier des meurtres extrajudiciaires".

Le gouvernement du président Duterte devrait "donner la priorité à la lutte contre les trafiquants et les barons de la drogue, plutôt qu'à la poursuite des petits consommateurs", estiment encore les eurodéputés.

Le Parlement se déclare par ailleurs "profondément alarmé" par le projet, actuellement en cours d'examen, de rétablissement de la peine de mort aux Philippines.

ab/agr/pjl