NOUVELLES
16/03/2017 16:45 EDT | Actualisé 17/03/2018 01:12 EDT

Les jeunes adultes en mauvaise posture financière en C.-B., selon une étude

Un rapport du groupe de recherche Generation Squeeze (« génération sandwich ») de l'Université de la Colombie-Britannique (UBC) soutient que la province est la pire au pays pour les adultes de 25 à 44 ans en ce qui a trait aux conditions de vie et au pouvoir d'achat.

L'étude, qui compare des données de 1978 jusqu'à 2016, établit que ces conditions se sont détériorées depuis les dernières années comparativement au reste du Canada.

L’auteur du rapport et professeur à l’École de santé publique à UBC, Paul Kurchaw, espère que ces révélations pousseront les jeunes à s'impliquer très activement lors de la prochaine campagne électorale.

Le rapport, intitulé « Code rouge » en anglais, invoque plusieurs raisons pour expliquer pourquoi la Colombie-Britannique est la pire pour les jeunes:

  • La Colombie-Britannique est la province où les emplois à temps plein ont vu le plus grand déclin comparativement au reste du pays.
  • Le salaire moyen des jeunes a diminué de 12 000 $ comparativement à 1980.
  • En 1976, il fallait à un jeune l'équivalent de 5 ans de travail à temps plein pour payer une mise de fonds de 20 % sur une maison. Aujourd'hui, il lui faut l'équivalent de 19 années de travail pour cette même mise de fonds.
  • La dette moyenne chez les jeunes est plus élevée depuis 2001.

Paul Kurshaw avance que le coût des études postsecondaires et les frais de garde sont deux facteurs qui ont un impact sur cette dette.

Si le ministre des Finances a annoncé en février un surplus de près de 1,460 milliard de dollars, c'est en partie parce qu'un seul secteur connaît un gros bond : celui de l'immobilier. Or, ce secteur ne créé pas beaucoup d'emplois, estime Paul Kurshaw.

Les Canadiens affluent toujours vers la province

Pour sa part, la ministre de l’Emploi, du Tourisme et de la Formation professionnelle et responsable du travail, Shirley Bond, croit que les jeunes de la Colombie-Britannique n’ont rien à envier aux autres provinces.

« La Colombie-Britannique a le taux de chômage le plus bas au Canada, à 8,7 %, et la province a créé le plus d’emplois pour les jeunes depuis 2011, soit plus de 44 200 emplois », soutient-elle. « Plus de gens choisissent de s’installer en Colombie-Britannique que dans les autres provinces : plus de 16 000 personnes s’y sont installées l’année dernière ».

Selon le rapport, mesurer le succès d'une économie seulement par le produit intérieur brut et par la dette nationale peut donner un portrait partiel ou même trompeur de la situation économique réelle.

C'est pourquoi Generation Squeeze a décidé de prendre en compte les revenus réels des jeunes et aussi de mesurer leur dette individuelle.

Vancouver, cauchemar des jeunes adultes?

Ben Mcrae, un étudiant à l'Université de la Colombie-Britannique, sait qu’il ne pourra pas s’acheter de maison.

« J’ai toujours cru que je pourrais avoir une maison dans la banlieue, à défaut de Vancouver [là où il a grandi], mais même les banlieues sont trop chères », déplore-t-il. « Nous sommes poussés en dehors de notre ville ».

C'est le cas de plusieurs étudiants et de jeunes professionnels.

Paul Kurshaw soutient que le décor paradisiaque de Vancouver qui est devenu le cauchemar des 25 à 44 ans.

« Ces jeunes doivent s’endetter pour obtenir un diplôme universitaire, puis ils essaient de trouver un emploi qui leur donne de bonnes conditions de travail, mais ne trouvent rien. Donc ils travaillent ailleurs, puis ils essaient de payer leur loyer », explique Paul Kurshaw.

Hypothèse sur la pauvreté infantile

Le rapport rappelle que la Colombie-Britannique enregistre le plus haut taux de pauvreté chez ses enfants, au-delà de la moyenne canadienne.

Une hypothèse du rapport, c’est que les personnes en âge d'avoir de jeunes enfants sont aussi ceux qui appartiennent à la génération sandwich et disposent donc moins de moyens pour assurer, par exemple, que leurs enfants puissent manger à leur faim.

Les auteurs du rapport avancent qu'ils ne sont pas partisans, mais veulent approcher les candidats aux prochaines élections prévues le 9 mai 2016.