NOUVELLES
16/03/2017 17:15 EDT | Actualisé 17/03/2018 01:12 EDT

La Pleurotière : défricher la culture du champignon en Outaouais

À l'instar d'autres jeunes entrepreneurs intéressés par la culture du champignon, les fondateurs de La Pleurotière se sont lancés dans l'aventure... et beaucoup appris en cours de route.

L'idée a pris racine il y a quelques années, au fil des rencontres et des intérêts.

Amant de la chasse, de la pêche et de ballades en forêt, Alexandre Veillette s'est progressivement familiarisé avec les différents champignons.

« Ça arrivait souvent en période automnale que je tombais sur des champignons en milieu sauvage et j'essayais de les identifier pour éventuellement les manger », explique-t-il. « J'ai développé quelques compétences. »

Après des études en biologie, Alexandre décide de faire équipe avec Jean-Philippe Goupil. Ce dernier ayant travaillé pour une ferme biologique pendant trois ans, les deux compères constatent que leurs expériences se complètent.

« On a combiné nos intérêts pour finir à être intéressés à cultiver des champignons de façon commerciale », confirme Alexandre.

Ils jettent leur dévolu sur les pleurotes (en huître, roses ou bleus), reconnus pour leur finesse et recherchés par les restaurateurs.

Essais et erreurs

Cultiver des champignons biologiques n'est pas un apprentissage balisé... L'entreprise située à L'Ange-Gardien a donc dû procéder à des tests et à des ajustements - notamment trouver le bon taux d'humidité. Ces essais ont permis d'établir les meilleures pratiques.

Quand on cultive des champignons, on commence avec une ou deux espèces. On se familiarise avec les paramètres de culture, leurs défis et subtilités.

Alexandre Veillette, La Pleurotière

À mille lieues d'un sous-bois, le laboratoire est sous haute surveillance. Toutes les précautions sont prises pour empêcher les contaminations microbiologiques.

Par exemple, l'air est continuellement filtré par une hotte à flux laminaire. « Il faut faire attention à chaque transfert, parce que si on a de la contamination, il faut absolument se débarrasser [de la production] », souligne Alexandre.

De producteurs de champignons à consultants

La Pleurotière s'est consacrée pendant deux ans et demi à la production de champignons à l'année.

Mais depuis un an et demi environ, les jeunes entrepreneurs reçoivent des demandes de la part d'autres entreprises pour fournir du mycélium.

Ayant développé une expertise dans le domaine, La Pleurotière a commencé à les approvisionner de façon régulière.

Mais les services vont plus loin. « À force d'avoir cultivé des champignons, fait des erreurs, vécu des échecs et des succès, on est bien équipés pour aider les gens, les conseiller et peut-être prévenir que ces gens fassent les gaffes qu'on a faites », avance Alexandre Veillette.

À la même enseigne, les clients ont désormais le choix d'acheter des champignons bios frais, du mycélium pour leur propre production ou d'obtenir des conseils pour démarrer leur propre production.