NOUVELLES
16/03/2017 07:55 EDT | Actualisé 17/03/2018 01:12 EDT

Grèce: le décompte migratoire officiel remis en cause

Le décompte officiel grec de plus de 62.000 réfugiés et migrants laissés dans le pays par le grand flux migratoire initié en 2015 est remis en cause par les humanitaires, qui estiment le solde autour de 45.000.

"Notre dernière estimation est qu'il s'agit de quelque 46.000 personnes", dont environ 9.000 bloquées sur les îles d'Egée orientale par le pacte UE-Turquie, a indiqué à l'AFP Roland Schoenbauer, porte-parole en Grèce du Haut-Commissariat aux réfugiés de l'ONU.

Le recensement quotidien officiel publié par le gouvernement s'établissait jeudi à 62.434 personnes, dont 14.092 sur les îles.

Selon M.Schoenbauer, le ministre grec à la politique migratoire Yannis Mouzalas a d'ailleurs "récemment avancé ce chiffre d'environ 9.000 sur les îles devant le Parlement européen". "Nous pensons qu'une révision est aussi en cours pour le compte des réfugiés et migrants en Grèce continentale", a-t-il ajouté.

Interrogée par l'AFP, une source du ministère grec de la politique migratoire a toutefois maintenu le décompte actuel, relevant qu'il "se base sur les recensements des organes officiels de l'Etat".

"Personne n'est d'accord avec le chiffre officiel, nous pensons que ces gens sont 45.000 au maximum", a pour sa part affirmé lors d'une conférence de presse jeudi à Athènes Epaminondas Farmakis, directeur de l'ONG Solidarity Now.

Selon lui, la différence s'explique notamment par le regain des passages irréguliers des exilés bloqués en Grèce vers le reste de l'Europe, après la fermeture des frontières européennes.

Pour M. Schoenbauer, les services grecs pourraient aussi ne pas avoir soustrait du total tous les départs réguliers, qu'il s'agisse de renvois de migrants, de relocalisations de réfugiés, ou de rapatriements volontaires.

Sur le total des exilés accueillis sur le territoire grec, environ 20.000 ont été jugés éligibles à la répartition hors de Grèce dans le cadre du programme européen de relocalisation de l'UE, dont quelque 10.000 ont déjà bénéficié.

Le plan de relocalisation prévoyait au départ plus de 60.000 relocalisations au départ de Grèce, mais les restrictions sur les nationalités retenues limitent le nombre de bénéficiaires potentiels.

cb/od/emd