NOUVELLES
16/03/2017 12:05 EDT | Actualisé 17/03/2018 01:12 EDT

G20 Finances : l'absence de position des USA risque de poser problème (Sapin)

L'absence de positions claires et argumentées de la part des Etats-Unis sur le libre-échange risque de poser problème lors de la réunion du G20 Finances, a craint jeudi le ministre français des Finances Michel Sapin.

"Nous n'avons pas aujourd'hui de positions argumentées de la part des Etats-Unis et c'est la principale difficulté dans laquelle nous pouvons être", a déclaré à l'AFP Michel Sapin peu après son arrivée dans la ville allemande où se tient jeudi et vendredi une importante réunion des ministres des Finances des pays les plus puissants du monde.

"C'est plus la crainte d'une absence de position qui pèse sur les débats", a-t-il ajouté.

Le nouveau secrétaire américain au Trésor Steven Mnuchin va se réunir pour la première fois vendredi et samedi avec les autres grands argentiers du G20 et devoir en dévoiler davantage sur les intentions du président Donald Trump, qui a multiplié les déclarations attaquant le libre-échange commercial et défendant un retour au protectionnisme.

A l'issue de sa première rencontre avec son homologue allemand Wolfgang Schäuble, jeudi après-midi à Berlin, Steven Mnuchin a adopté un ton conciliant affirmant que son pays ne voulait pas de guerre commerciale.

Au-delà de ce point de divergence sur le libre-échange commercial, Michel Sapin a assuré que le G20 Finances allait "continuer à travailler sur des sujets fondamentaux comme la lutte contre le blanchiment d'argent, la lutte contre le financement du terrorisme et la lutte contre la fraude et l'optimisation fiscale".

Le G20 répète depuis des années dans ses différentes déclarations "rejeter le protectionnisme".

En cas d'incapacité de la part des Etats-Unis d'accepter à Baden-Baden une formulation sur le sujet, Michel Sapin estime alors que "le mieux est qu'il n'y ait pas de texte sur ce point", qui devra alors être discuté lors du sommet des chefs d'Etat à Hambourg en juillet.

"Mais cela ne changera rien à la conviction des membres du G20 que le libre-échange régulé est indispensable au bon développement économique du monde entier et de chacun des membres du G20", a insisté le ministre français.

maj/fz/mct