NOUVELLES
16/03/2017 06:29 EDT | Actualisé 16/03/2017 06:29 EDT

Lac-Mégantic : une firme d'avocat douteuse empoche des millions (VIDÉO)

Dans leur quête de justice, des victimes de Lac-Mégantic se sont tournées vers les tribunaux américains dans l'espoir de recevoir des indemnités plus importantes que celles accordées au Canada. Elles auraient cependant été victimes d'un vieux stratagème digne d'un mauvais film américain, qui leur a coûté des millions de dollars.

Un texte de Sylvie Fournier d’Enquête

À des milliers de kilomètres de Lac-Mégantic, le fleuve Rio Grande serpente lentement entre les terres arides du comté de Hidalgo. Le mur qui en suit les contours sinueux rappelle que c'est aussi la frontière naturelle entre l'extrême-sud du Texas et le Mexique voisin.

McAllen est une des grandes villes du comté. Étonnamment, c’est ici que se trouve le Garcia Law Group, une firme d’avocat qui représente les familles endeuillées de 40 des 47 disparus dans la tragédie de Lac-Mégantic.

Bien qu’il soit tôt dans la journée, les portes sont verrouillées. Les journalistes ne sont pas les bienvenus.

À elle seule, la firme Garcia aurait empoché de 10 à 15 millions de dollars de l’argent destiné aux victimes, selon nos estimations. Et cela, sans avoir vraisemblablement accompli de travail d'ordre juridique.

Cette somme ne représente qu’une partie des honoraires. La firme Garcia s’était associée à deux autres cabinets américains, qui ont réclamé au total quelque 40 millions de dollars aux familles endeuillées, soit environ 40 % des indemnités accordées, plus leurs dépenses.

L’argent provient du fonds d’indemnisation auquel ont contribué la plupart des entreprises en cause, dont la compagnie ferroviaire MMA, ainsi que le gouvernement fédéral.

L’homme discret derrière la façade de cette firme est Wilfrido Rogelio Garcia. Mais tout le monde l’appelle Willie. L’homme de 54 ans a la réputation d’être le plus habile et le plus riche « chasseur d’ambulance » du sud du Texas. Cette pratique consiste à recruter des victimes partout dans le monde pour revendre la cause à des avocats.

Willie Garcia aurait recruté des victimes lors d’importants accidents en Indonésie, en Grèce et en Russie, entre autres.

« Ils m’ont raconté que lors de certains écrasements d’avion en Europe, lui ou un des siens étaient sur les lieux en moins de 24 heures. Ils en étaient très fiers », raconte Michele Whitmore, une spécialiste américaine en indemnisation de victimes d’accident, qui a été appelée à travailler avec la firme Garcia dans le dossier de Lac-Mégantic. Elle a été remerciée de ses services à la suite d’un différend.

Cette manière de faire est pourtant illégale, explique Bill Edwards, un avocat qui pratique le droit au Texas depuis un demi-siècle.

«Ces gens exploitent le deuil et la détresse comme si les victimes n’étaient que des morceaux de viande.»

— Bill Edwards, avocat

Autres tragédies

Voici quelques-unes des tragédies auxquelles Willie Garcia a été mêlé, selon les révélations faites au moment de son divorce en 2006.

  • Pérou : Écrasement d’un Boeing 737 (48 morts)
  • Indonésie : Écrasement d’un Boeing 737 (117 morts)
  • Grèce : Écrasement d’un Boeing 737 (121 morts)
  • Russie : Écrasement d’un Airbus A-310 (129 morts)

À la même époque, Garcia a aussi représenté des victimes en Espagne, en Australie, au Mexique, en Équateur, en Colombie, au Guatemala entre autres, ainsi qu’aux États-Unis.

Des victimes vulnérables

Des avocats américains sont arrivés dans les jours suivant le déraillement et l’explosion d’un train au centre-ville de Lac-Mégantic, en juillet 2013, en promettant juste réparation aux familles endeuillées.

La firme Garcia était une des premières sur les lieux.

C’est elle qui a obtenu la toute première poursuite engagée aux États-Unis, confirme Hans Mercier, l’avocat beauceron qui a par la suite agi à titre de conseiller pour le groupe d’avocats américains dont Garcia faisait partie.

Les deux autres cabinets sont Webster Law Firm, de Houston, ainsi que Meyers & Flowers, de Chicago.

« Ils m’ont contacté pour dire : “on veut un avocat local en qui on va avoir confiance et qui va être capable d’entrer en contact avec ces gens” », explique Hans Mercier.

Il dit avoir aussi servi d’interprète et de conseiller juridique auprès de ses confrères américains.

M. Mercier affirme qu’il ignorait le passé de Willie Garcia et soutient n’avoir fait affaire qu’avec les autres membres du groupe. « C’est possible qu’il ait été là, concède-t-il. Mais mes interlocuteurs étaient les gens de Webster et de Meyers & Flowers ».

Pourtant, nous avons appris que Willie Garcia a pris part à des réunions d’information organisées pour les victimes au motel Le Quiet, à Lac-Mégantic, aux côtés de l’avocat beauceron. C’est même Willie Garcia qui avait réservé la salle.

Willie Garcia, la firme Meyers & Flowers ainsi que celle de Webster ont refusé de répondre à nos questions.

Pressés de signer

Le soir de la tragédie, Ginette Cameron a perdu sa fille Geneviève, qui se trouvait au Musi-Café, le bar où ont péri la majorité des victimes. Elle dit avoir été approchée par Willie Garcia au cours d’une des rencontres.

« Quelqu’un est venu me voir en me disant : “Madame, aimeriez-vous que la même chose arrive à une autre maman comme vous?” Il m’a répété ça à plusieurs reprises », raconte Ginette Cameron. Elle et son mari ont retenu les services du groupe le jour même.

Pascal Lafontaine a perdu sa femme Karine dans la tragédie, ainsi que son frère et sa belle-soeur. La décision d’engager des poursuites est arrivée trop vite, dit-il. « Toute la famille était déchirée. Toute la famille était tournée vers l'essentiel. Personne n’était apte à prendre une décision d'une si grande importance. »

« Ça exploite la fragilité des victimes », explique l’avocat Bill Edwards.

«On leur demande de prendre une décision dont les conséquences seront déterminantes à un moment où ils sont trop vulnérables pour le faire.» - Bill Edwards, avocat

L’avocat québécois Hans Mercier estime que les victimes ont signé de façon libre et volontaire, mais concède qu’il « y avait un pitch de vente, ce qui est un peu normal dans n’importe quel métier. Mais on est procureur. Notre job, ce n’est pas de vendre une salade. Il faut qu’on fasse valoir nos services et l’avantage de prendre ce recours. »

Au Québec, ainsi que dans la plupart des États américains, le code de déontologie recommande la plus grande prudence aux avocats lorsqu’un client est vulnérable en raison de son état psychologique.

Pas un avocat

En dépit de l’impression laissée à ses clients, Willie Garcia n’est pas avocat. Le Garcia Law Group se targue d’avoir des bureaux dans plusieurs grandes villes et d’avoir à sa disposition une équipe de procureurs pouvant offrir toute la gamme des services juridiques.

Or, la firme a été enregistrée au Texas un mois après la tragédie et l’unique avocate de la firme, Maria Garcia, est la fille de Willie. Elle est la seule autorisée à signer les mandats.

Les Garcia auraient peut-être commis une erreur : c’est Willie qui a apposé sa signature sur les contrats liant la firme aux familles endeuillées de Lac-Mégantic.

Une pratique strictement interdite. « Il n’a pas le droit en vertu des règles du Texas », affirme Bill Edwards, ajoutant que cela pourrait « annuler les contrats ».

Avec la collaboration de Gil Shochat et de Gaétan Pouliot