POLITIQUE
16/03/2017 08:52 EDT

Cafouillage de l'autoroute 13: Québec déclenche une enquête externe

Ils demandent au premier ministre du Québec, Philippe Couillard, de démettre de ses fonctions son ministre des Transports.

Philippe Couillard a annoncé le déclenchement d'une enquête externe qui sera dirigée par Florent Gagné, un ex-sous-ministre, dans la foulée du cafouillage qui a conduit des centaines de personnes à passer la nuit dans leur voiture, coincées sur l'autoroute 13, dans l'ouest de Montréal. Le premier ministre a tenu à présenter ses excuses aux personnes lésées, admettant que la réponse n'avait pas été à la hauteur.

«Je veux, au nom du gouvernement et en mon nom, présenter mes excuses aux gens qui ont été insécurisés, blessés, aux familles des victimes.» - Philippe Couillard

« Il est clair qu’on faisait face à une situation exceptionnelle, mais la réponse à cette situation exceptionnelle n’a pas été proportionnelle à son importance », a déclaré M. Couillard.

« Hier, j’ai exprimé mon mécontentement. Je suis plus mécontent ce matin parce que je vois des évidences de cafouillage majeur, que ce soit sur le nombre d’appels placés du corps de police aux transports ou la liaison entre les transports aux autorités municipales. Les questions augmentent ou s’accumulent plutôt que de diminuer », a relaté M. Couillard, en ajoutant qu’il devait y avoir des conséquences à ce « cafouillage ».

La SQ aurait placé une centaine d’appels au MTQ sans obtenir de réponse alors que les ministres de la Sécurité publique et des Transports, MM. Coiteux et Lessard, ont dit avoir été informés de la situation sur l’A-13 seulement le mercredi matin.

« Plus de 100 fois, la SQ a appelé le ministère des Transports », a déploré le chef de la Coalition avenir Québec (CAQ), François Legault. « On ne peut pas dire que le ministère des Transports n’était pas au courant du problème sur l’autoroute 13. »

Voyez la chronologie des événements survenus sur l’A-13 par ici.

Une sous-ministre blâmée

C’est le ministre des Transports, Laurent Lessard, qui a annoncé la première conséquence concrète de la mauvaise gestion de la tempête. La sous-ministre adjointe Anne-Marie Leclerc perd ses responsabilités de gestion de la sécurité civile au sein du MTQ.

Elle conserve toutefois son poste de sous-ministre adjointe à la direction générale des infrastructures et des technologies.

« De toute évidence, passé 22 h hier soir, tous les indicateurs étaient au rouge pour déclencher un processus sur la sécurité civile », a déclaré M. Lessard. « On avait un devoir de résultats », a-t-il ajouté, en précisant que le protocole de sécurité civile aurait dû être déclenché pour porter secours aux automobilistes coincés sur l’A-13.

«J’ai demandé au sous-ministre de relever de ses fonctions la responsable de la sécurité civile au ministère des Transports.» - Laurent Lessard

Le ministre Lessard a également indiqué que son ministère présenterait des excuses aux Québécois.

Enquête sur le MTQ

Le premier ministre a également annoncé le déclenchement d’une enquête externe, telle que réclamée par le chef de l’opposition officielle un peu plus tôt, qu’il a confiée à un ancien sous-ministre des Transports et de la Sécurité publique, Florent Gagné. « Il a toute l’autorité, le respect, l’indépendance requise pour regarder cette situation de l’extérieur », a indiqué M. Couillard.

Le mandat de l’enquêteur externe, Florent Gagné, sera double :

  • Établir la chaîne des événements
  • Évaluer la coordination entre tous les acteurs en cause

Le premier ministre demande à M. Gagné de faire la lumière sur l’origine du cafouillage et sur les agissements du « ministère des Transports, ses liens entre les deux corps policiers [SQ et SPVM] - dans les deux directions - ses liens avec les autorités municipales - dans les deux directions - et faire des recommandations concrètes ».

Le rapport sera rendu public et pourrait être discuté en commission parlementaire.

L’intervention du déneigeur privé – l'entreprise Roxboro – sera également évaluée et elle pourrait perdre son contrat s’il est démontré qu’elle a mal accompli son travail.

Coiteux blâme la SQ

Plus tôt, s'adressant aux médias, le ministre de la Sécurité civile du Québec, Martin Coiteux, avait affirmé que « s'il y a des gens qui n'ont pas fait correctement leur travail, qui n'ont pas jugé correctement de la situation, il est possible qu'il y ait des sanctions ».

« Plus j’en apprends, plus je suis déçu de la façon dont tout ça a été géré de façon globale », a ajouté le ministre Coiteux en entrevue à ICI RDI.

M. Coiteux a déploré une série de cafouillages qui ont provoqué la crise survenue sur l’A-13, une autoroute sous la juridiction du ministère des Transports du Québec (MTQ), dans la nuit de mardi à mercredi.

Coincés derrière des camions qui bloquaient la voie, des dizaines d'automobilistes ont dû passer la nuit dans leur véhicule dans la tempête de neige qui a laissé près de 50 cm de neige sur Montréal.

Prisonniers de la tempête depuis 20 h mardi, les automobilistes ont été laissés à eux-mêmes dans le froid – sans eau ni nourriture – jusqu’à l’intervention des pompiers vers 4 h 30 mercredi matin, appelés par la SQ.

« La question que j’ai posée directement à la Sûreté du Québec : « Pourquoi autant d’heures avant de contacter le Service des incendies pour l’évacuation, si justement le MTQ n’était pas en mesure de faire dégager la voie? Si, justement, on n’était pas capable de faire remorquer les camions? »

LIRE AUSSI:

» Trois récits du cauchemar blanc sur l'autoroute 13 à Montréal

» Autoroute 13: on vous a laissé tomber (BLOGUE)

» Paralysie sur l'autoroute 13: une situation «inacceptable», dit Coderre

«Il y a une enquête ouverte du côté de la SQ, à l’interne, pour comprendre pourquoi on a laissé s’écouler autant d’heures que ça.» - Martin Coiteux

Communication et coordination déficientes

La sécurité civile de Montréal a tenu une première téléconférence à 23 h 50, mardi soir, à laquelle participait le Ministère des Transports du Québec (MTQ), qui n’aurait toutefois pas mentionné la présence d’automobilistes coincés sur l’autoroute 13. « J’apprends que la SQ n’était même pas invitée à participer aux réunions, ce qui n’est pas normal non plus », a poursuivi M. Coiteux dans son énumération des cafouillages.

Les autoroutes comme l'A-13 sont de juridiction provinciale, donc sous la responsabilité de la SQ.

Le Service de police de la Ville de Montréal (SPVM), selon des informations obtenues par Radio-Canada, a suggéré à ce moment la mise en place d'un centre intégré de commandement pour coordonner les activités sur le terrain, en raison de l'ampleur de la tempête. Mais la directrice de la sécurité civile et de la résilience, Louise Bradette, a jugé qu’une telle procédure était inutile.

De plus, la responsable de la sécurité publique au comité exécutif de la Ville de Montréal, Anie Samson, était absente mardi en raison d'une grippe.

Les problèmes de communication se sont ensuite succédé entre les divers paliers de gouvernance. « Je pense que la circulation de l’information a été manquante, poursuit M. Coiteux. Je ne suis pas satisfait, mais j’ai absolument l’intention que toute la lumière soit faite là-dessus. »

Le ministre de la Sécurité publique ajoute qu’il a appris l’existence de la crise mercredi matin. « J’aurais dû l’apprendre avant. On aurait dû être alerté », déplore-t-il.

Le ministre Coiteux a évoqué la possibilité que l’élément déclencheur à l’origine de la crise puisse s’avérer un refus d’une opération de remorquage. « Il y aurait deux camionneurs – je l’utilise au conditionnel parce qu’une enquête de la SQ est ouverte - qui auraient refusé d’être remorqué, ce qui aurait contribué à l’aggravation de la situation de ce bouchon énorme », a déclaré M. Coiteux.

Legault et Lisée réclament la tête du ministre Lessard

Le chef de la Coalition avenir Québec (CAQ), François Legault, et le chef péquiste Jean-François Lisée demandent au premier ministre du Québec, Philippe Couillard, de démettre de ses fonctions son ministre des Transports, Laurent Lessard, dans la foulée du cafouillage sur l'autoroute 13 lors de la tempête de neige qui s'est abattue sur le sud de la province.

De son côté, le chef de l’opposition officielle et du Parti québécois, Jean-François Lisée, réclame en outre une enquête externe pour faire la lumière sur cette même situation.

Quelque 300 voitures ont été coincées dans la neige et le froid sur l'autoroute 13 sud, dans l'ouest de Montréal, entre 20 h mardi soir et jusqu'au milieu de la matinée du mercredi.

Un rappel des faits

Mercredi 3 h 27 : le Service incendie Montréal (SIM) reçoit l'appel de la SQ pour savoir s'il a la capacité d'intervenir sur l'autoroute 13 pour évacuer les personnes coincées sur les lieux. La Sûreté du Québec (SQ) informe à ce moment le SIM qu'il y a environ 300 véhicules immobilisés sur l'autoroute.

3 h 32 : le SIM est en contact avec un lieutenant de la SQ sur une possible intervention.

4 h 29 : le SIM intervient sur l'autoroute 13 avec l'autorisation de la SQ.

Le chef des opérations médias du SIM, Christian Legault, a confirmé que les pompiers avaient reçu l'appel de la SQ pour évaluer les effectifs disponibles pour aider à évacuer des gens. Ils auraient pris la décision d'intervenir de leur propre initiative.

« Notre centrale des communications était en attente de savoir les besoins. N’ayant pas eu aucune nouvelle à 4 h 29, ils ont dépêché le chef aux opérations qui est situé à la caserne de Lachine […] qui a pris l’autoroute 13 nord », a expliqué M. Legault en entrevue sur ICI RDI.

5 h 08 : selon le rapport cité par le maire Coderre, trois véhicules supplémentaires ont été envoyés, à la suite d’une première évaluation par le SIM, dont un autobus muni de toilettes et contenant des bouteilles d'eau et des couvertures. Le porte-parole des pompiers a confirmé cette information.

Des pompiers premiers répondants étaient sur place et une ambulance a été réclamée de manière préventive. Heureusement, personne n’avait de malaise urgent, a indiqué Christian Legault.

5 h 24 : la décision d’ouvrir le centre d’hébergement, rue Saint-Joseph, à Lachine, a été prise, ce qu'a aussi confirmé le porte-parole du SIM.

5 h 59 : les pompiers auxiliaires ont été appelés sur l'autoroute et ont apporté leur cantine.

Les véhicules coincés ont quitté en matinée l'autoroute 13 sud, dans l'ouest de Montréal, qui a été fermée plus de 12 heures à la suite de la sortie de route d'un camion lourd.