NOUVELLES
14/03/2017 06:40 EDT | Actualisé 14/03/2017 06:40 EDT

Aide médicale à mourir : 461 cas en un an au Québec

iStock

Au départ, plusieurs croyaient qu'il n'y aurait chaque année que quelques dizaines de cas d'aide médicale à mourir. Mais des données obtenues par Radio-Canada révèlent que 461 personnes ont obtenu l'aide médicale à mourir entre décembre 2015 et décembre 2016. Et la tendance va en augmentant, si bien que la pratique est en train de s'installer pour de bon dans le paysage médical de la province.

Un texte de Davide Gentile

Le nombre de cas d'aide médicale à mourir, que celle-ci soit administrée ou simplement demandée, a cru de manière particulièrement importante dans la deuxième partie de l'année 2016.

Entre le 10 juin et le 10 décembre 2016, 468 personnes ont formulé des demandes d'aide médicale à mourir. Il s'agit d'une augmentation de 85 % si on compare avec le nombre de demandes faites au cours des six premiers mois d'entrée en vigueur de la loi.

Et durant cette même période, 295 personnes ont pu recevoir l'aide médicale à mourir, ce qui constitue une hausse de 78 % par rapport aux six mois précédents.


« Ces chiffres sont très étonnants compte tenu de la loi québécoise », affirme Mélanie Vachon, professeure de psychologie et membre du Centre de recherche et d'intervention sur le suicide et l'euthanasie de l'Université du Québec à Montréal.

L'augmentation rapide du nombre de cas « est un échec par rapport aux volontés initiales », selon elle. Elle rappelle qu'au départ, « on a parlé de mesure exceptionnelle ». Or, ce n'est pas du tout ce que montrent les chiffres, explique-t-elle.

Cependant, pour le docteur Alain Naud, ces données indiquent plutôt que l'aide médicale à mourir répond à un besoin.

Le médecin, qui travaille aux soins palliatifs au CHU de Québec, estime que l'aide médicale à mourir est en fait « de mieux en mieux connue de la population et des soignants ».

Disparités et différences entre établissements

Cinq établissements ont connu des hausses dans le nombre de demandes d'aide médicale à mourir de plus de 200 %. Par exemple, au CIUSSS de l'Ouest-de-l’Île, le nombre de demandes a augmenté de 266,7 %. Au CISSS de Chaudière-Appalaches, l'augmentation a été de 250 %.


On constate aussi des disparités très importantes entre les établissements quant au pourcentage de demandes d'aide médicale à mourir acceptées.

Au CISSS de l'Estrie, 84 % des demandes ont été acceptées, tandis qu'au CIUSSS de la Capitale-Nationale, 79 % l'ont été.

Cette proportion baisse à 61 % en Outaouais et à 54 % dans Lanaudière. Plusieurs établissements sont sous la barre des 50 %. C'est le cas par exemple du CIUSSS du Nord-de-l'Île-de-Montréal, qui n'a accepté que 35,7 % des demandes.

Et c'est au CISSS de l'Ouest-de-l'Île de Montréal qu'on trouve le plus de demandes non administrées. Seulement 28,6 % de ceux qui ont demandé l'aide médicale à mourir l'ont reçue.

Sans viser l’un ou l'autre de ces établissements, Alain Naud affirme que beaucoup de demandes sont injustement refusées.

«Les malades non protégés actuellement sont ceux qui ont demandé légitimement l'aide médicale à mourir et qui en ont été [privés].» - Le Dr Alain Naud, CHU de Québec

La qualité des soins palliatifs en cause?

Pour Mélanie Vachon, l'augmentation des demandes peut indiquer des lacunes dans l'offre de soins palliatifs.

« L'euthanasie devient une option plus accessible que les bons soins, ce qui est questionnable moralement », souligne-t-elle.

Mélanie Vachon pense que les différences constatées d'un établissement et d'une région à l'autre découlent de différences dans l'accès aux soins palliatifs et des valeurs des médecins, qui ont droit à l'objection de conscience.

Selon elle, cela se traduit par des iniquités dans l'accès aux soins palliatifs et à l'aide médicale à mourir. « Il faut mener des recherches pour décortiquer ces pratiques », affirme-t-elle.

Alain Naud réfute cette thèse et donne l'exemple du CHU de Québec.

«Presque tous les malades qui ont demandé et reçu l'aide médicale à mourir bénéficiaient déjà des meilleurs soins palliatifs qui peuvent être dispensés au Québec.» - Le Dr Alain Naud, CHU de Québec

Plusieurs sources dans le domaine évoquent des disparités considérables dans l'offre de soins palliatifs d'une région à l'autre.

Alain Naud admet lui-même que dans certaines régions, l'accès aux soins palliatifs est insuffisant. « Il faut le dénoncer », dit-il.

Le cabinet du ministre de la Santé, Gaétan Barrette, n'a pas voulu commenter ces chiffres.

Voir aussi:


Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter