NOUVELLES
13/03/2017 17:27 EDT | Actualisé 14/03/2018 01:12 EDT

Réforme d'«Obamacare»: 14 millions d'Américains perdraient leur assurance

WASHINGTON — Quatorze millions d'Américains se retrouveraient sans assurance maladie dans la prochaine année si le projet de loi sur la réforme de l'accès aux soins de santé proposée par les républicains est adopté, concluent les analystes budgétaires du Congrès.

Le nombre de personnes sans couverture atteindrait par la suite les 24 millions d'ici à 2026, selon un rapport présenté lundi par le Bureau du budget du Congrès (CBO).

Cette analyse vient plomber le principal argument de Donald Trump pour justifier la nécessité d'abroger l'«Obamacare»: le fait que les marchés de l'assurance engendrés par la réforme phare de Barack Obama seraient «un désastre» au bord de l'implosion.

Si l'on se fie au rapport du CBO, le marché des politiques d'assurance pour les particuliers «serait probablement stable dans la plupart des régions sous la loi actuelle comme sous la loi (proposée par) les républicains».

Le secrétaire à la Santé, Tom Price, a vilipendé le rapport, le qualifiant tout simplement de «mauvais». Il a fait valoir que les analystes ont omis de tenir compte de l'impact qu'auraient des pièces législatives et réglementaires additionnelles prévues par l'administration Trump.

Le CBO a un historique de 40 ans d'impartialité et est piloté par une personne qui a été nommée à sa tête par M. Price quand il était membre du Congrès.

Quoi qu'il en soit, le président Trump a remis en question la crédibilité de l'organisation à maintes reprises.

Le rapport soulève toutefois un point positif, celui que la réforme des républicains permettrait une réduction de 337 milliards $ US du déficit fédéral au cours de la prochaine décennie. Ces économies tireraient leur source dans les coupes qu'entend faire l'administration Trump dans le programme fédéral-États Medicaid.

«Nous pensons que notre plan permettra d'offrir une couverture à plus d'individus à moindre coût tout en leur donnant le choix de ce qu'ils veulent», a plaidé M. Price.

C'est essentiellement cette possibilité de choisir qu'a aussi fait valoir le président de la Chambre des représentants, Paul Ryan.

Le leader de la minorité au Sénat, Chuck Schumer, a rétorqué que le rapport rendu public lundi démontre à quel point les promesses du président sont vides.

L'Association médicale américaine a quant à elle soutenu que les conclusions du CBO font état des conséquences «inacceptables» qu'aurait le projet de loi.

Deux comités de la Chambre des représentants ont approuvé la proposition la semaine dernière et Paul Ryan espère pouvoir soumettre celle-ci au vote de la Chambre en entier la semaine prochaine.