NOUVELLES
13/03/2017 09:55 EDT | Actualisé 14/03/2018 01:12 EDT

Panne et erreur humaine, causes d'un des pires accidents d'avion au Nigeria (enquête)

La chute d'un avion dans la périphérie de Lagos, qui avait 159 morts en juin 2012, l'un des pires accidents aéronautiques au Nigeria, est dû aux pannes des moteurs aggravées par les erreurs de l'équipage, a révélé lundi la Commission d'enquête.

L'équipage n'a pas réagi correctement aux pannes successives des deux moteurs du McDonnell Douglas-83 de la compagnie privée nigériane Dana Air, causant sa chute sur un quartier très peuplé de Lagos, mégalopole économique du Nigeria, selon ses conclusions rendues publiques lundi.

"Le moteur n°1 a cessé de fonctionner 17 minutes après le décollage d'Abuja et lors de l'approche finale (vers Lagos), le moteur n°2 a perdu de la puissance et n'a plus répondu aux commandes des gaz actionnées afin d'accélérer pour maintenir l'appareil en vol", a expliqué à la presse Akin Olateru, du Bureau d'enquêtes sur les accidents (AIB).

L'expert a ajouté que "l'incapacité de l'équipage à évaluer la gravité du problème moteur", le conduisant à poursuivre son vol vers Lagos au lieu "d'atterrir sur la piste disponible la plus proche", avait également contribué à l'accident.

Les enquêteurs ont pointé du doigt "le manque de lucidité sur la situation, les prises de décisions inappropriées et le manque de professionnalisme" de l'équipage, a souligné M. Olateru.

Il a également dénoncé le manque de financement accordé à ses équipes pour mener à bien une enquête approfondie, assurant que les 16 millions de nairas (47.000 euros) octroyés n'étaient pas suffisants.

Le MD-83, parti d'Abuja à destination de Lagos, s'était écrasé dans le quartier de Iju-Isaga, tuant les 153 personnes à bord - passagers et membres de l'équipage -, ainsi que 6 personnes au sol.

Les autorités nigérianes avaient suspendu la licence de vol de la compagnie le 5 juin, deux jours après l'accident. Dana Air a repris pleinement ses vols commerciaux en janvier 2014.

Dana Air était, avant l'accident, l'une des compagnies les plus empruntées au Nigeria, notamment sur les liaisons entre Lagos et la capitale fédérale Abuja.

joa/spb/cl/ayv/jh