NOUVELLES
13/03/2017 08:32 EDT | Actualisé 13/03/2017 08:33 EDT

Les législations anti-LGBT s'accumulent dans 23 États américains

Les législations ou projets de loi discriminatoires envers les homosexuels se multiplient dans 23 Etats américains, ont dénoncé lundi des organisations militant pour les droits des gays.

Ces dernières s'inquiètent particulièrement d'une nouvelle loi en vigueur depuis vendredi dernier dans le Dakota du Sud, qui autorise les agences d'adoption à faire valoir les croyances religieuses "sincères" pour éviter de confier des enfants à des homosexuels aspirant à être parents.

Cette loi "n'est que le commencement et fait partie d'une vague" de mesures similaires contre la communauté LGBT (lesbiennes, gay, bisexuels, transgenres), déplore Sarah Warbelow, directrice juridique chez Human Rights Campaign (HRC).

Plus d'une centaine de textes du même acabit ont vu le jour dans 23 Etats, notamment au Texas, dans l'Oklahoma ou dans l'Alabama, selon HRC et l'ACLU, la puissante organisation américaine de défense des libertés.

"Nous voyons différentes tactiques et stratégies à l'oeuvre pour saper les droits des personnes LGBT", explique Eunice Cho, de l'ACLU.

Le Texas se révèle être "le coupable le plus flagrant" avec plus d'une dizaine de projets de lois qui pourraient notamment modifier les règles d'attribution des familles d'accueil ou permettre aux administrations de ne pas célébrer les mariages homosexuels, précise-t-elle.

"Nous sommes profondément inquiets de la dynamique de ces projets de loi, qui pourraient commencer à passer à travers le pays", reprend Sarah Warbelow, d'HRC.

Evoquant la loi en vigueur dans le Dakota du Sud, la présidente d'une organisation militant pour les droits des enfants estime que cela pourrait empêcher les couples gays qui accueillent actuellement des enfants de les adopter.

"Cela serait particulièrement dévastateur", étant donné que l'accueil d'un enfant est généralement un premier pas vers l'adoption, affirme Christine James-Brown du Child Welfare League of America.

Ni le gouverneur du Dakota du Sud, qui a validé la loi controversée, ni les auteurs du texte n'ont répondu dans l'immédiat aux sollicitations de l'AFP.

VOIR AUSSI:

Galerie photo Premier discours de Trump devant le Congrès Voyez les images