NOUVELLES
13/03/2017 11:45 EDT | Actualisé 14/03/2018 01:12 EDT

La Côte-Nord, abandonnée par les « élites », dénonce Bernard Gauthier

Lorsque le syndicaliste Bernard Gauthier déclare que les gouvernements ont trahi la Côte-Nord, beaucoup de gens de la région se reconnaissent dans sa colère. Nous avons rencontré certains de ces Nord-Côtiers qui se sentent négligés, voire abandonnés par les pouvoirs.

Un texte de Sophie Langlois

Depuis la chute des prix des matières premières, la Côte-Nord souffre. Le chantier des barrages d'Hydro-Québec sur la rivière Romaine est en phase terminale et n'embauche plus autant de travailleurs. Et les compressions dans le secteur public, le plus important employeur de la région, font très mal.

Plusieurs ont perdu leurs emplois, d’autres attendent toujours les retombées économiques promises par le gouvernement. Pour de nombreux Nord-Côtiers, seul Bernard Gauthier a su exprimer haut et fort leur sentiment d’abandonnement.

Maxime Richard, 27 ans, opérateur de pelle mécanique, Havre-Saint-Pierre

Maxime avait 19 ans quand Jean Charest est venu lancer le chantier de la Romaine, en mai 2009. « De la manière qu’il parlait, le Havre allait vraiment changer, doubler de population, de superficie. « Les employeurs vont quasiment venir vous chercher par la main pour travailler. On s’est fait mettre ça tellement beau pis gros ».

Maxime a payé plusieurs milliers de dollars pour suivre un cours d’opérateur de machinerie lourde. Il a travaillé trois étés au chantier de la Romaine puis deux ans à la mine de fer et de titane de Havre-Saint-Pierre, relancée en 2011 avec un investissement de 200 millions.

En 2015, en raison de la chute des prix du fer, Rio Tinto annonce que la mine sera désormais fermée six mois par année. Maxime est mis à pied.

« On a signé un beau contrat fait que enweille on s’achète une maison, on s’équipe pour rester ici, mais là, deux ans après c’est pu ça, pis là t’es pris avec une maison que t’essayes de vendre, pis y a personne qui veut acheter, c’est quasiment la faillite ». Pour Maxime, le syndicaliste Bernard Gauthier est un héros parce qu’il défend des chômeurs comme lui. « Ça vient nous chercher parce que c’est direct, son discours est direct, il parle pour les travailleurs ».

[Bernard Gauthier] est pas parfait, mais une chose est sure : ils ont tellement essayé de l’abattre à la commission Charbonneau que ça s’est reviré contre le politique, ça ne lui a pas nui à lui. S’il se lance en politique, je vais le suivre certain.

Maxime Richard

Théoharris Ganas, propriétaire du restaurant Chez Julie, Havre-Saint-Pierre

Un jour, le père de Théo, un Grec arrivé au Québec en 1967, visite Havre-Saint-Pierre et mange au restaurant du village. « Le contrat de vente s’est fait au dos d’un napperon. Il a appelé ma mère et lui a dit : j’ai acheté un restaurant à Havre-Saint-Pierre, elle lui a demandé, mais pourquoi? Il a répondu : ''tracasse-toi pas, Hydro s’en vient faire des barrages sur le projet Romaine''. C’était en 1977! »

Les Ganas vont traverser plusieurs crises économiques avant de voir le chantier d’Hydro-Québec devenir réalité...35 ans plus tard. Mais les retombées promises ne viennent pas. Les contrats offerts sont tellement imposants que les entrepreneurs locaux n’ont pas les moyens de soumissionner. Théoharris, devenu propriétaire du restaurant, organise un blocus du chantier en 2012 avec d’autres gens d’affaires.

À toutes les fois qu’y a un méga projet on envoie la cavalerie, avec la mallette, mais quand y vienne avec une mallette, c’est parce qu’il n'y a rien dedans. Y sont venus ici pour exploiter la région, pas pour la développer.

Théoharris Ganas

Monsieur Ganas n’est pas d’accord avec tout ce que dit Bernard Gauthier, mais il juge que c’est un bon vulgarisateur. « Arrêtez de regarder le contenant, écoutez le contenu, il a du contenu, sa base est bonne. Il y a des problématiques qu’il est le seul à vulgariser ».

La popularité [de Bernard Gauthier] est amplifiée par l’acharnement que les gens ont à rire de son accent, de son vocabulaire ou manque de vocabulaire.

Théoharris Ganas

Bernard Gauthier, 52 ans, représentant de la FTQ-construction sur la Côte-Nord

« Je parle le langage du petit peuple, clame le syndicaliste, je parle le langage du monde ouvrier, de la classe moyenne, ces gens-là ont pas d’écoute de la part de nos politiciens aujourd’hui pis y sont écoeurés. »

Le syndicaliste se bat contre une trop grande mobilité de la main-d’œuvre. Sur les chantiers de la Romaine, seulement 40 à 45 % des travailleurs sont de la Côte-Nord, contrairement au seuil de 60 % annoncé par Hydro-Québec. « Le monde d’en dehors viennent icitte, y viennent exploiter nos ressources, faire des salaires et y retournent chez eux avec ».

C’est comme le "fly in, fly out" dans les mines. Y s’en viennent icitte avec leur épicerie, leur papier de toilette, leurs bouteilles d’eau; l’économie ne vire pu, y a pu rien qui marche, les boutiques ferment, les restaurants ferment, les shops ferment, toute ferme. La région est en train de mourir à cause de ça.

Bernard Gauthier

Serge Morin, premier vice-président de la Financière Banque Nationale, Sept-Îles

Pour Serge Morin, un ingénieur de la région qui a tenu à y rester, la popularité de Bernard Gauthier s’explique économiquement.

« Le populisme fait partie des cycles de déflation et on est rendu là sur la planète. Dans un cycle de déflation, un cycle où on n'est plus capable d’ajouter de la richesse, le peuple se rend compte que sa situation ne s’améliore pas et si elle se détériore, c’est à cette étape-là qu’on voit des soulèvements populaires. Le populisme devient alors de plus en plus présent », explique-t-il.