NOUVELLES
13/03/2017 08:50 EDT | Actualisé 14/03/2018 01:12 EDT

Kosovo: un ex-opposant emblématique à Milosevic blessé par balle

L'avocat kosovar Azem Vllasi, 68 ans, ex-collaborateur du leader yougoslave Tito puis opposant au leader serbe Slobodan Milosevic, a été blessé par balle lundi matin devant son appartement à Pristina.

La police kosovare a annoncé dans l'après-midi l'arrestation de deux hommes, dont le tireur présumé.

Selon la presse locale, il aurait eu des liens avec l'ancienne guérilla kosovare durant la guerre contre les forces serbes (1998-99). Aucune hypothèse n'a été avancée quant à ses motivations.

L'agresseur s'est présenté vers 08H00 (07H00 GMT) devant le domicile d'Azem Vllasi, prétendant vouloir s'attacher ses services, avant de lui tirer dessus, ont indiqué les autorités.

Touché à l'épaule, Azem Vllasi, a été hospitalisé, mais ses jours ne sont pas en danger, selon des médecins. Il a évoqué auprès des médias locaux une tentative d'"assassinat commandité".

Son épouse, Nadira Avdic Vllasi, témoin de l'attaque, a déclaré à l'AFP que l'agresseur était armé d'un pistolet muni d'un silencieux.

Azem Vllasi était en 1974, du temps de la Yougoslavie communiste, à la tête des Jeunesses socialistes du pays.

Bénéficiant de la confiance du leader de la fédération yougoslave, Josip Broz Tito, il avait été le premier a être réélu à ce poste.

A la fin des années 1980, il s'était opposé à la politique du leader serbe Slobodan Milosevic au Kosovo, où ce dernier entendait suspendre l'autonomie politique dont jouissait ce territoire très majoritairement peuplé d'Albanais au sein de l'ex-Yougoslavie.

Cet engagement lui a valu une grande popularité au Kosovo mais aussi d'être arrêté par le régime de Milosevic en 1989 et incarcéré un an. La justice l'avait finalement blanchi des accusations d'activités contre-révolutionnaires qui pesaient sur lui.

Mais il reste aux yeux de beaucoup le premier à avoir payé le prix de la dérive autoritaire et nationaliste serbe dans laquelle Slobodan Milosevic avait engagé l'ex-Yougoslavie.

L'opposition des Albanais du Kosovo à la suspension de leur autonomie a débouché sur un conflit armé contre le régime à Belgrade. Personnalité indépendante, Azem Vllasi était très favorable à cette indépendance.

Le conflit, qui a fait 13.000 morts, s'est soldé par le retrait des forces serbes du territoire au terme d'une campagne de onze semaines de bombardement de la Serbie par les forces de l'Otan.

Placé sous l'administration des Nations Unies, le Kosovo a proclamé son indépendance de la Serbie en 2008. Celle-ci a été rapidement reconnue par les Etats-Unis et la majorité des Etat membres de l'Union européenne, mais pas par la Serbie, soutenue par son allié la Russie.

Le gouvernement kosovar a condamné l'attaque contre Azem Vllasi.

ih-mat/ng/cr/lpt