NOUVELLES
13/03/2017 08:51 EDT | Actualisé 14/03/2018 01:12 EDT

Fillon essaie de relancer sa campagne avec une nouvelle version de son programme

PARIS — Le candidat présidentiel français François Fillon a présenté lundi une nouvelle version de son programme pour tenter de relancer une campagne qui a été sérieusement malmenée par de multiples controverses et allégations.

M. Fillon s'est de nouveau retrouvé sur la défensive au cours des derniers jours quand son parti a diffusé une caricature d'un rival à saveur antisémite et qu'un hebdomadaire a soulevé des questions concernant des habits luxueux qu'il a reçus en cadeau.

Le candidat lui-même comparaîtra devant des juges mercredi dans le cadre d'une enquête sur des emplois parlementaires possiblement fictifs qui ont été confiés à sa femme et à deux de leurs enfants.

Lors d'une conférence de presse lundi, M. Fillon a promis des réformes économiques importantes, y compris l'abolition de la semaine de 35 heures et des allégements fiscaux pour les individus et les entreprises.

Il s'est engagé à réduire les dépenses publiques de 100 milliards d'euros pendant son premier mandat de cinq ans et à pourvoir seulement la moitié des postes de fonctionnaires qui seront libérés par les départs à la retraite.

Jadis un des préférés de la course, M. Fillon traîne maintenant de l'arrière dans les sondages face à la candidate de droite Marine Le Pen et au centriste Emmanuel Macron.

Un dirigeant du Parti républicain fait l'objet d'une enquête disciplinaire pour une caricature de M. Macron, un ancien banquier d'affaires, qui rappelle les caricatures qui diabolisaient les Juifs dans les années 1930 et 1940. Le dessin montre M. Macron en tant que banquier avec un nez crochu, un chapeau haute-forme, tenant une faucille et un cigare. M. Macron n'est pas juif.

M. Fillon a estimé qu'il s'agit d'une caricature «inacceptable» qui rappelle une «époque sombre de notre histoire», en référence à la collaboration française avec les nazis.

Le Journal du Dimanche rapporte qu'un bienfaiteur a remis à M. Fillon des habits d'une valeur de près de 50 000 euros au cours des cinq dernières années. M. Fillon a répliqué lundi qu'il s'agit de sa «vie privée» et qu'il s'en remet à la volonté des électeurs.