Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Couillard appelle à la censure, selon Lisée

Le chef du Parti québécois, Jean-François Lisée, a accusé lundi le premier ministre du Québec, Philippe Couillard, d'appeler à la censure à la suite de la publication d'une caricature qui le dépeint en train de lapider son ancienne députée, Fatima Houda-Pépin.

La caricature, publiée le 8 mars dernier lors de la Journée internationale de la femme, a depuis été retirée du site web de l’hebdomadaire de Longueuil Le Courrier du Sud après un appel du bureau du premier ministre à son éditeur.

Le dessin figure toujours dans l’édition papier du journal, qui a déjà été distribuée dans plus 133 000 foyers.

Le chef du Parti québécois a rappelé que le premier ministre avait salué la publication au Québec des caricatures controversées lors des attentats de Charlie Hebdo.

Il a également souligné le projet de loi en cours d'étude touchant le financement des hebdomadaires régionaux qui, selon lui, laisse planer un climat de censure.

« Quand le bureau d'un premier ministre appelle un hebdo régional - pendant qu'il y a un projet de loi en cours d'étude qui retirerait aux hebdos régionaux une grande partie de leur financement, c'est-à-dire les avis publics - et leur fait une suggestion, c'est de la censure. » - Jean-François Lisée, chef du Parti québécois

Le premier ministre s’est défendu d'avoir demandé son retrait, mais a confirmé que son bureau avait indiqué à l'éditeur qu'elle était, selon lui, de mauvais goût.

« Nous n’avons pas demandé le retrait. Nous avons simplement signalé que ça nous apparaissait déplacé. » - Philippe Couillard, premier ministre du Québec

Un « meurtre » pour Philippe Couillard

Jean-Marc Phaneuf, un caricaturiste de métier, ne voit rien de répréhensible à ce dessin, et il s'insurge contre l'ingérence du cabinet du premier ministre.

M. Couillard assure appuyer la liberté d'expression, mais considère qu'elle exige du jugement. De passage lundi à Roberval, le premier ministre a indiqué avoir vu « un meurtre » dans cette caricature.

« Calmez-vous, M. Couillard, il ne s'agit pas de meurtre. Il s'agit de lancer des cailloux à une femme, et vous avez fait beaucoup plus que ça envers Mme Houda-Pepin. On ne parle pas du petit Jérémie, ici, mais d'idées politiques. » - Jean-Marc Phaneuf, auteur de la caricature

Selon le caricaturiste, M. Couillard veut « bâillonner les gens qui le critiquent, comme il a tenté de bâillonner une femme qui l'a critiqué ».

Phaneuf estime aussi que le premier ministre n'a pas eu besoin d'exiger le retrait de la caricature.

« Il a juste exprimé ses doléances, ses frustrations, ça a été suffisant. » - Jean-Marc Phaneuf

TC Transcontinental réagit

L’hebdomadaire de Longueuil est une propriété de TC Transcontinental qui a réagi à la controverse dans un courriel. L'organisation assure qu'elle respecte la liberté d'expression, mais également les normes en vigueur dans la communauté.

« TC Transcontinental est une organisation qui respecte le droit fondamental de la liberté d’expression tout en assumant ses responsabilités à l’égard des communautés desservies. Notre mission en tant qu’éditeur est d’informer les communautés locales. » - TC Transcontinental

À VOIR AUSSI

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.