NOUVELLES
13/03/2017 04:55 EDT | Actualisé 14/03/2018 01:12 EDT

C1 - Alex Sandro, l'ex de Porto qui a chassé Evra de la Juventus

Alex Sandro est arrivé de Porto à la Juventus Turin en août 2015 pour apprendre le très haut niveau dans l'ombre de Patrice Evra, mais le Brésilien de 26 ans a tout assimilé si vite et si bien qu'il a finalement mis à la porte le Français.

A l'heure de retrouver mardi en 8e de finale retour de la Ligue des Champions l'institution portugaise qui l'a révélé en Europe, le latéral a définitivement écarté les questions sur les 26 millions d'euros investis par la Juventus sur son transfert.

Le plan du club turinois, victorieux 2-0 à l'aller, s'est déroulé exactement comme prévu, peut-être même un peu plus rapidement que l'avaient imaginé les dirigeants de la "Vieille Dame".

La saison dernière, le Brésilien a joué régulièrement, progressé tactiquement et livré quelques extraits de son talent et de son potentiel. Mais les gros matches étaient réservés à Evra.

Cette année, "Tonton Pat'" a pourtant rapidement compris qu'il n'aurait droit qu'à quelques miettes abandonnées par l'infatigable Alex Sandro et est parti à Marseille retrouver une place de titulaire qui avait changé de propriétaire à Turin.

S'il a réussi à pousser Evra dehors, c'est qu'Alex Sandro, plus jeune, plus rapide, plus endurant, est devenu cette saison un incomparable créateur de danger au volume de jeu monstrueux.

Joueur le plus utilisé par Massimiliano Allegri en championnat, le Brésilien est ainsi crédité de 43 occasions créées en Serie A, le meilleur bilan d'un défenseur. Il est également le deuxième centreur du championnat derrière le Napolitain Ghoulam et a déjà marqué deux buts et donné trois passes décisives.

- l'anti Dani Alves -

Même si le nouveau système en 4-2-3-1 l'avantage moins que le 3-5-2 traditionnel de la Juventus, Alex Sandro continue d'arpenter son couloir gauche dans un mélange de puissance et de qualité technique qui le rend difficilement contrôlable pour l'adversaire.

Et comme il n'y a pas de meilleure école que l'Italie, et la Juventus en particulier, pour apprendre à bien défendre, l'ancien joueur de Porto est devenu l'un des joueurs de couloir les plus complets du moment sur la scène européenne.

"C'est à Porto que j'ai découvert le football européen, où la mentalité est très différente de ce que j'avais connu au Brésil. J'ai encore beaucoup d'amis là-bas, et j'espère qu'ils gagneront le championnat", a-t-il déclaré avant l'aller dans une interview avec le site internet de la Juventus.

Il y revenait également sur son enfance brésilienne, quand il était "l'un des innombrables enfants qui grandissent avec un ballon dans les pieds et qui rêvent de devenir footballeur", et sur ses années à Santos, autre club au maillot blanc et noir.

Mais pour le reste, Alex Sandro se livre peu. Discret et presque totalement absent des réseaux sociaux, il est une sorte d'antithèse de l'extraverti et exubérant Dani Alves, son pendant de l'aile droite turinoise.

Ses performances sur le terrain parlent pour lui, même si pour l'instant elles n'ont pas suffi à attirer l'attention du sélectionneur Tite, qui lui préfère encore les Madrilènes Marcelo (Real) et Filipe Luis (Atletico).

La dernière de ses six sélections remonte donc à 2012. Un quart de finale de C1 pourrait aider à réparer cette anomalie.

stt/cd

SOCIEDADE COMERCIAL FUTEBOL CLUBE DO PORTO

JUVENTUS FOOTBALL CLUB